www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 décembre 2013

Audience SNUipp-FSU auprès du Recteur - 19 décembre

Le 19 décembre, les cinq sections SNUipp-FSU de l’académie de Grenoble ont été reçues par le nouveau Recteur.

Nous avons abordé les points suivants : rythmes scolaires, mouvements départementaux, carte scolaire, fonctionnement des écoles.

Prochainement, en début d’année, une nouvelle audience SNUipp-FSU / Recteur aura lieu sur le dossier des « débuts de carrière » (master, CEA, PES).

RYTHMES SCOLAIRES

Le SNUipp-FSU a rappelé sa position : si, en 2008, nous avons été le seul syndicat à voter contre le passage à la semaine de 4 jours en CSE, la réforme actuelle pose plus de problèmes qu’elle n’en résout. Les dysfonctionnements sont nombreux, l’impact sur les conditions de travail des enseignants réel, et le bien-fondé pour les enfants loin d’être évident !

Le SNUipp-FSU demande la suspension immédiate du décret, et l’ouverture de discussions en vue d’une réécriture.

Réponses

Sur ce sujet, le Recteur ne partage pas notre position, et souligne que le retour à une demi-journée de temps de classe supplémentaire est fondamental, et qu’il s’agit bien là du cœur de la réforme. A l’instar du discours entendu dans diverses instances, dont le Comité de Suivi de la Réforme, le Recteur évoque le « bonheur » de parler « du temps éducatif de l’enfant ».

Pour lui, pas d’accroissement des inégalités en vue, une loi « très progressiste » qui se met en place, la question de la maternelle qui serait réglée par les préconisations du rapport attendu le 20 décembre... la ruralité et les vallées qui sont de « vrais sujets », et des problèmes de mise en place qui témoignent du bien-fondé de la réforme (CQFD)... (« s’il n’y avait pas de problèmes, la réforme serait bidon »).

Le Recteur s’engage toutefois à faire des bilans là où la réforme s’est mise en place, et à durcir le ton face aux élus, afin notamment d’encourager la concertation...

MOUVEMENTS DÉPARTEMENTAUX

Le SNUipp-FSU est revenu sur la circulaire mobilité de 2008, qui a dégradé les opérations de mouvement, ainsi que la volonté d’harmonisation académique, qui nivelle par le bas et nie les spécificités propres à chaque département.

Les règles de mouvement sont devenues illisibles pour nos collègues, opaques, et génèrent un sentiment d’injustice qui cristallise les tensions et les difficultés.

La circulaire 2013 ne donne aucune perspective d’amélioration en vue, hélas.

Il est pourtant nécessaire, pour commencer, de supprimer les vœux géographiques obligatoires, et de recréer une phase de deuxième saisie de vœux, comme cela se fait encore dans une trentaine de départements !

Réponses

Le Recteur découvre les modalités du mouvement départemental 1er degré. Il réaffirme la volonté d’avoir un pilotage académique sur cette question avec des préconisations émanant du rectorat, mais il n’est pas question d’uniformiser les mouvements, ni d’avoir un barème unique.

Il admet que les modalités d’accueil et de formation des PES ont un impact sur le mouvement, et indique que cette problématique va se poser à nouveau. En effet, l’académie va recruter 400 PES en 2014, pour lesquels il faudra identifier 200 « berceaux ». Cette complexité nécessitera un réajustement du mouvement chaque année.

Il entend nos remarques, et comprend le « besoin des collègues de trouver dans le mouvement une réponse à leur engagement », donc un mouvement le plus équitable possible.

Il conclut en affirmant qu’il y a vraiment des points qu’on peut discuter et améliorer. Nous comptons bien le prendre au mot !

CARTE SCOLAIRE

Le SNUipp-FSU a souligné l’insuffisance des dotations, malgré le fait de renouer avec des créations de postes. Depuis 2007, l’académie de Grenoble a gagné 6346 élèves, pour + 45 postes en cumulé, soit 1 poste pour environ 140 élèves…

En outre, les postes ne servent pas seulement à ouvrir des classes : il faut aussi créer des postes de TRB, de RASED, de CPC, etc.

Un apport de 60 000 postes sur 5 ans n’est pas à la hauteur des enjeux !

Réponses

Sur ce point, le Recteur est en total accord avec nous. La hausse démographique pourrait devenir un problème lourd, car l’académie connaît une hausse importante, et ce, dans tous les départements (10 % de la hausse démographique au niveau national).

La carte scolaire est donc un exercice compliqué. Le Recteur n’oublie pas que le budget de l’Etat est contraint, et les postes « créés » à effectifs constants, par redéploiement, pris sur les autres ministères. Ensuite, ces postes sont dédiés en priorité à la hausse démographique et à la formation initiale.

Son objectif sera de ne pas dégrader, ou le moins possible, le P/E ( = un enseignant pour 100 élèves).

Le constat est pleinement partagé de part et d’autre : le manque de moyens ! Un groupe de travail académique carte scolaire premier degré sera programmé.

FONCTIONNEMENT DES ÉCOLES

Faute de temps, le SNUipp-FSU est intervenu sur deux « points de tension » : le remplacement et la direction d’école.

Les départements subissent un manque crucial de remplaçants, ce qui désorganise les écoles, rompt la continuité du service oubli d’éducation, et nuit aux départs en formation continue, déjà fort réduits.

Sur la direction d’école, le SNUipp-FSU a alerté sur le trop-plein : cumul de réunions, de la paperasse, accroissement des exigences, etc. L’administration doit prendre conscience de la difficulté de cette fonction.

Réponses

Le Recteur reconnait que la question du remplacement est la plus difficile. Il y a environ 1 200 TRB sur l’académie, un chiffre stable. Mais les besoins en remplacement, eux, sont variables.

Dans les départements qui accueilleront le plus de PE stagiaires, il y aura dans l’avenir des pics d’absentéisme (maternité), donc le Recteur admet qu’il y a un calibrage à faire en termes de postes en intégrant le taux de remplacement. D’autant qu’il n’y a pas de volonté « politique », ni nationale, ni académique, de recourir à des contractuels.

Concernant la direction d’école, le Recteur répond qu’il y a eu des avancées, des annonces du Ministre (suite aux chantiers métiers). Il ajoute qu’il a recruté 2 000 contrats aidés en termes d’aide à la direction d’école, et que l’académie a prévu un plan de formation solide pour ces personnels, même s’il entend nos remarques et comprend nos remarques sur les difficultés rencontrées par plusieurs directeurs(trices) face au « profil » des personnes recrutées sur ce type de contrat d’insertion précaire.

Dossiers à suivre…

 

20 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.