www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 janvier 2014

"Journée de retrait de l’école" : Offensive de l’extrême-droite contre l’école. Le SNUipp-FSU réagit.

« Journée de Retrait de l’école » (JRE 2014) : encore une offensive de l’extrême-droite contre l’école

Plusieurs sections départementales du SNUipp-FSU (dont la Savoie) ont alerté-es hier leur Secrétariat Général sur des campagnes menées en direction des parents d’élèves, par tractage, sms ou courriels. Nous nous interrogeons d’ailleurs sur la manière dont les auteurs de ces campagnes se sont procuré les adresses ou numéros de téléphone.... L’objectif des messages est d’inciter les parents à ne pas mettre leurs enfants à l’école ce vendredi 24 ou lundi 27, afin de marquer leur refus de la « théorie du genre » !


Qu’est-ce que le JRE2014 ?

Des écoles ont été alertées par des parents, suite à la réception d’un SMS les appelant à boycotter l’école le 24 janvier 2014. D’autres sont confrontées déjà à l’absentéisme de certains élèves pour cette raison... Le SNUipp-FSU fait suivre ce message et interpelle le DASEN. Nous attendons la réponse qu’il apportera. Le SNUipp-FSU s’est également adressé au ministère de l’Éducation nationale.

-  lire le courrier du SNUipp 73 à l’IA-DASEN, en date du 24 janvier

PDF - 40.5 ko
JRE 2014 ecoles de Savoies concernées

Pour l’heure, quelle réponse apporter aux familles qui nous questionnent ?

- ATTENTION le 24 janvier 2014 journée de Retrait de nos enfants de l’Ecole. Le choix est simple soit on accepte la "théorie du genre" (ils vont enseigner à nos enfants qu’ils ne naissent pas fille ou garcon, mais qu’ils choisissent de le devenir !!! Sans parler de l’éducation sexuelle prévue en maternelle à la rentrée 2014 avec démonstration ...), soit on défend l’avenir de nos enfants. Nos enfants n’iront pas à l’école ce vendredi ! Simplement marquer sur le carnet : "mon fils/fille n’est pas venue à l’école pour participer à la campagne pour l’interdiction de la théorie du genre dans les établissements scolaires". Plus d’info sur : http://jre2014.fr. Diffusez ! Et pensez à la phrase de L.Rossignol sénatrice PS : "les enfants n’appartiennent pas à leurs parents mais à l’Etat...."

Voilà le SMS reçu par des parents d’élèves, un peu partout en France.

Qui se cache derrière JRE2014 ?

Nous sommes allés voir de plus près, qui se cachait derrière cette action. Et voilà le portrait de quelques "intellectuels du peuple", signataires :

- Farida Belghoul est une cinéaste, militante et romancière. Elle est l’une des figures marquantes de la seconde génération d’immigrés des années 1980... Vingt ans plus tard, enseignante en lycée professionnel en banlieue parisienne, Farida Belghoul lance le REID, dispositif de « remédiation éducative individualisée à domicile », qui s’inspire aussi de sa pratique de mère faisant l’école à la maison. Cette initiative (le REID) a pour but de mettre en place un dispositif individualisé de soutien pour sortir des jeunes de l’illettrisme... En 2013, Farida Belghoul s’engage contre l’introduction de la « théorie du genre » à l’école, en diffusant notamment à partir du mois d’octobre plusieurs vidéos sur les sites de partage de vidéos en ligne18. Le 13 décembre, elle lance l’initiative « Journée de retrait de l’école »... http://fr.wikipedia.org/wiki/Farida...

- Marion Sigaut : Membre du mouvement Égalité et Réconciliation, elle se positionne comme une critique des Lumières5 et de Voltaire6. Le 13 janvier 2013, elle participe à la manifestation contre le mariage homosexuel. Proche de Dieudonné et d’Alain Soral, elle est considérée comme une personnalité importante de la théorie du complot par Conspiracy Watch7. http://fr.wikipedia.org/wiki/Marion...

- Béatrice Bourges est conseillère d’entreprise française et porte-parole du Printemps français et du Collectif pour l’enfant, deux mouvements engagés dans l’opposition au mariage homosexuel en France. Attachée parlementaire RPR de 1988 à 1997, elle s’est présentée aux élections législatives dans les Yvelines. http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A...

- Salim Laïbi est ce chirurgien dentiste qui se fait appeler LLP pour Le Libre Penseur, et qui gravite dans la sphère Dieudonné-Soral-Egalité et Réconciliation. C’est lors d’une conférence organisée par cette association et diffusée en février 2013 qu’il a pu balancer une fois de plus ses insanités antisémites avec manifestement un grand satisfecit personnel... http://www.enquete-debat.fr/archive... ; http://www.lelibrepenseur.org/

- Jean-Michel Vernochet est un écrivain, essayiste, journaliste et géopolitologue français, né le 6 septembre 1947 à Paris, sur les hauteurs de Belleville. Il est candidat aux élections législatives de juin 2012 dans la circonscription d’Amérique du Nord avec le Rassemblement pour l’Initiative Citoyenne (RIC) http://www.abadennou.fr/euthanasie/...

- Association des Enseignants pour l’Enfance : L’association "Les enseignants pour l’enfance" contre l’idéologie du genre à l’école voit le jour à Lyon ... http://www.enseignants-pour-enfance...

Contexte et motivations

A la lecture de l’article, il s’agit de faire pression sur le Ministère de l’Éducation nationale afin qu’il retire, des futurs programmes, l’enseignement de la théorie du genre. Pour cela, les parents sont appelés à boycotter l’école une fois par mois pour maintenir la pression.

Le SNUipp-FSU est directement visé. D’une part on peut trouver à la fin de l’article les références au document "Eduquer contre l’homophobie à l’école", document issu des travaux de chercheurs, de résultats d’expérimentations également sur le terrain. Il avait été diffusé lors de la journée organisée par le SNUipp-FSU l’an passé, journée qui s’inscrivait plus largement dans l’éducation à la tolérance vis à vis de la différence. Lire ici

Suite à ce colloque, les locaux du SNUipp-FSU national mais également ceux de Bordeaux et d’Orléans, ont été la cible d’attaques signées du Printemps Français. Nous avons reçu le soutien du ministère qui condamnait de tels agissements.

D’autre part, une expérimentation est en cours dans certains départements autour de l’ABCD de l’égalité, travail autour de l’égalité fille-garçons (lire ici).

Tout est mélangé, dommage que tous ces signataires n’aient pas lu ces documents, en particulier celui qui est cité sur le site de la "journée de retrait de l’école" ; dommage également qu’ils n’aient pas participé au colloque organisé par le SNUipp-FSU le 16 mai dernier, ça leur aurait évité la démonstration de leur ignorance sur le sujet.

Quelques réponses au questionnement des familles

- Une « théorie du genre ? » Au risque de nous répéter, cette théorie n’existe pas ! Il existe des recherches sur le genre, qui est parfois défini comme un outil d’analyse, parfois comme un système de hiérarchisation entre les sexes (les deux définitions ne s’excluant pas forcément). Ceux qui s’élèvent contre le « genre » sont ceux qui en réalité en sont les gardiens du temple !

- Si l’école travaille sur les stéréotypes filles-garçons, c’est pour qu’ils ne soient pas un carcan pour les enfants, et qu’ils ne limitent pas leur épanouissement personnel de filles ou de garçons. On ne met pas dans la tête des enfants qu’ils pourraient choisir leur sexe ! Leur identité ne sera pas brouillée, ils pourront au contraire mieux s’affirmer individuellement : on leur montre qu’être fille ou garçon ne doit pas forcément conditionner leurs choix de loisirs, de lectures, de sports, de métiers...

- La « complémentarité des sexes » est un mythe, chaque fille, chaque garçon est un être unique, et il n’existe pas de particularités de goût, de caractère ou d’aptitude qui seraient partagées par toutes les filles ou par tous les garçons.

- L’éducation à l’égalité et l’éducation à la sexualité existent depuis longtemps à l’école, il n’y a rien de nouveau (Cf. textes officiels). Il ne s’agit pas de parler de pratiques sexuelles, encore moins de faire des démonstrations ! C’est une éducation au respect entre les sexes, afin de prévenir et d’empêcher les violences sexistes et les abus sexuels, doublés de quelques notions de science sur la reproduction animale et humaine.

- Quant à faire la promotion de l’homosexualité, cela ne tient pas : on ne choisit pas d’être homosexuel-le, ni hétérosexuel-le d’ailleurs. Donc parler de couples homosexuels, c’est parler d’amour, d’affection (et non de pratiques, là encore), et cela n’aura pas de conséquences sur l’orientation sexuelle des enfants. En revanche, cela peut éviter des suicides pour celles et ceux qui se découvriront homosexuel-les à l’adolescence. Et puis, c’est aussi une manière de reconnaitre la réalité pour les enfants vivant au sein de familles homo-parentales.

Et après ?

Dès hier soir, le SNUipp-FSU est immédiatement intervenu auprès du Ministère afin que soit rappelée la place (déjà ancienne) de ces apprentissages dans les programmes, et que ces questions cessent de troubler l’indispensable sérénité dont ont besoin enseignants, élèves et parents au sein de l’école. Nous demandons au ministère que tout soit mis en œuvre pour que les services de l’État recherchent la manière dont les auteurs de ces campagnes ont pu se procurer les adresses ou les numéros de téléphone.

En réponse, le ministère a décidé de lancer une alerte auprès des Recteurs et des DASEN. Ils ont pour mission notamment, de transmettre aux écoles des outils d’informations à distribuer aux familles. De plus, il nous assure qu’il lance une enquête sur les adresses et numéros de téléphone utilisés.

Nous attendons également la réponse départementale qui sera faite en direction des écoles mais également des familles. Il y a urgence, au-delà de la journée du 24 janvier ; ces messages "ciblés" pourraient avoir une portée désastreuse pour l’École de la République.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.