www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : CHS-CT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 septembre 2014

CHSCT du 11 septembre : rythmes, le sujet qui fâche

Le CHS CT qui s’est réuni le 11 septembre consistait essentiellement en une "remise en route". Dossiers en instance et réponses aux avis déposés l’année dernière, auxquels se sont ajoutés le programme des visites de l’année 2014 - 2015 et quelques éléments sur lesquels les représentants des personnels ont souhaité revenir.

Il était comme d’habitude présidé par la secrétaire générale de la DSDEN, l’inspecteur d’académie ayant mieux à faire... ce qui finit par ne pas nous déplaire vu son attitude méprisante et autoritariste la seule fois où il daigna présider cette instance importante pour les enseignants. Nous avons au moins pu rester au tour de la table au lieu de nous lever et de partir fâchés.

Le SNUipp-FSU a remis les rythmes scolaires à l’ordre du jour

Outre le DUER, qui devrait être mis en place dans les écoles progressivement, et que nous contribuons à faire évoluer, (le DUER n’est obligatoire que depuis 23 ans, on a le temps !), les représentants des personnels SNUipp-FSU sont revenus sur la réforme de rythmes et ses conséquences directes sur les conditions de travail des enseignants.

Le problème qui nous est apparu le plus prégnant est celui de la relation avec les mairies qui sont parfois délétères, exemples à l’appui. Et nous avons aussi pu parler de ces situations où les enseignants se retrouvent à jouer le rôle peu enviable du fer à cheval chez le forgeron : entre l’enclume de l’éducation nationale et le marteau de la collectivité locale. Tout le monde tape comme un sourd et qui en prend plein la figure ?

La secrétaire générale, dans un silence gêné des représentants de l’administration qui regardaient, qui leurs pompes, qui le plafond, a été délicieuse de naïveté et de candeur. Comment ? Des maires se comporteraient en baronnets et flanqueraient les enseignants hors des écoles ? Comment ? Des maires changeraient les horaires validés en juin, s’étant aperçus qu’ils avaient été bien sots (1 heure de classe l’après-midi de 15 h 30 à 16 h 30, si si, c’est sot) ? Mais c’est qu’elle allait réagir !

Les représentants du SNUipp n’ont pas pu s’empêcher de lui jouer l’air de "on vous l’avait bien dit, et même, depuis deux ans, on ne fait que ça, de vous le dire !). Nouvel étonnement de la Secrétaire Générale. "Comment ? mais le CDEN a validé ces horaires !" Il nous a donc fallu lui rappeler :

- que le CDEN n’a rien d’une instance démocratique, l’inspecteur d’académie faisant ce qu’il veut, sa seule obligation étant de le consulter (et encore, il lui arrive de s’asseoir dessus !).

- que, pendant ces séances de validation, le représentant de l’État, le préfet, se retenait de bailler et s’ennuyait manifestement à 100 sous de l’heure. La seule chose qui l’avait tiré de sa torpeur lors de notre déclaration liminaire sur les rythmes était que nous avions négligé d’appeler Darcos "Monsieur le Ministre".

- qu’il fallait arrêter de nous faire le coup du "on est tous dans la même galère" parce que dans une galère il y a les rameurs et la chiourme... Et que si la chiourme, entre deux coups de fouet, appelle les rameurs "chers collègues" ou "chers associés" (lisez Astérix), la réciproque est en général moins évidente.

Madame la Secrétaire Générale, abandonnée en rase campagne par ses petits camarades qui continuaient à contempler leurs pompes ou le plafond (et devaient trouver le temps long) a refusé d’entrer dans le débat mais a reconnu à demi-mot que la mise en place de cette réforme était calamiteuse "mais qu’on allait améliorer les choses pour que ça aille mieux la prochaine fois". Cet engagement ne sera sans doute suivi d’aucun effet, une fois la réunion passée et le calme revenu, les bornés remettront les choses en ordre.

Nous n’avons pas pu évoquer ces maires, soutenus par les parents d’élèves qui n’ouvrent pas les écoles et contraignent les enseignants à une gymnastique pénible entre les contraintes administratives et la présence des élèves, le débat ayant été précipitamment clos. Quoiqu’il en soit le sujet est manifestement brûlant et nous ne comptons pas lâcher l’affaire.

La circulaire de l’IA sur les APC, qui interdit de les placer sur les journées de 6h, montre bien que l’on continue, à la DSDEN, à raisonner comme des tambours (comme disait mon grand-père). Il en est souvent ainsi quand ceux qui décident ne sont en contact avec la réalité que le matin quand ils vont chercher une baguette et trois croissants.

Si à l’issue des élections professionnelles, nous sommes toujours majoritaires, les représentants des personnels issus de la FSU et du SNUipp-FSU continueront un combat pour reprendre à zéro cette réforme calamiteuse et ratée.

 

22 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.