www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité  / Action  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 juin 2016

"Paris, nous arrivons !!" Retour sur la manif du 14 juin, par la délégation savoyarde.

14.06 013 petit

Il est midi, ce 14 juin 2016. Nous sortons de la gare de Lyon, direction Place d’Italie. Il fait relativement beau et nos parapluies restent dans nos sacs. Ouf, c’est déjà ça. Une manif sous la pluie, ce n’est jamais vraiment drôle !

Arrivés sur place, déjà nous sommes dans l’ambiance : les drapeaux virevoltent dans le ciel, de tous côtés, tous syndicats confondus. Les couleurs sont vives, du rouge CGT, FO, du rose Solidaires, des 4 couleurs (c’est nous, la FSU !!), des gilets fluos jaunes, oranges, etc... Ça donne un air de fête, même si l’enjeu est important.

Nous commençons à marcher. Pas loin de nous, un camion buvette, avec vin de Savoie et chips ; la jeune femme scande des slogans ; elle est en forme, elle ne lâchera pas le micro et permettra aux suiveurs d’entonner les refrains.

Nous retrouvons nos amis des autres départements, c’est toujours chouette les manifs pour se revoir... La discussion s’entame sur qui s’est levé le plus tôt, et on apprend qu’un bus parti à 3h30 de Chambéry n’est toujours pas arrivé, coincé sur le périph ! Pas de bol pour les copains qui ont mis le réveil de (très) bonne heure !

Aux couleurs des drapeaux s’ajoutent maintenant les fumigènes rouges, et même violets : c’est joli, même si, une fois dans nos narines, c’est beaucoup moins drôle. On tousse un peu et on continue à chanter, comme une vieille voiture...

Les klaxons, les sifflets, les chants, les tambours, les pouët-pouët, les casseroles... une impression de brouhaha dans le cortège, avec quelques pétards qui nous font sursauter.

Plus loin, nous croisons un groupe de personnes, en tee-shirts bleus, ça interpelle nos sens, habitués aux couleurs chaudes depuis le début. L’UNSA est avec nous.

Je me pose sur le trottoir, j’ai perdu les copains. Un personnage passe à côté de moi, il semble d’un autre siècle... mais oui, c’est Louis XIV !! Y aurait-il un message subliminal ?

Je constate que, finalement, beaucoup sont déguisés, souvent en homme-sandwich ou en femme-sandwich d’ailleurs, avec des morceaux de carton, et une réclamation : RETIRER LA LOI TRAVAIL ! Et faits nouveaux depuis peu, beaucoup de portables en l’air, les gens font des photos, filment, sont prêts au moindre débordement de la police.

Parce que les CRS sont à cran, nous le sentons bien depuis que nous sommes arrivés. Les rues sont barrées, non seulement avec les hommes mais aussi avec de grands grillages et il est impossible de passer. Leur présence est comme une provocation. Certains entrent dans les rangs, comme des tortues romaines, à 6/8, ils tirent des drapeaux... On ne sait pas bien ce qu’ils font ni pourquoi ils le font mais ils passent, nous titillent un peu et repartent, encerclés par les manifestants...

De temps en temps, des camions de pompiers passent, et nous entendons des bruits inquiétants...
Nous avançons... Doucement... Sur les trottoirs, du monde.. En fait du monde partout : en grimpant un peu sur les bancs, on ne voit pas le début, on ne voit pas la fin... Des banques sont saccagées, symboles du capitalisme et des évasions fiscales : nous nous sentons mal à l’aise, imaginant déjà l’amalgame dans les esprits entre manifestants et casseurs.. Les panneaux publicitaires ne sont pas épargnés, symbole du capitalisme aussi, de la consommation, culpabilisant ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter, ceux que l’on veut encore précariser. Nous nous rappelons la raison de notre présence et repartons de plus belle, drapeaux en l’air...

Le temps passe, et il nous faut à présent repartir. Tout est bloqué, nous décidons de faire une randonnée dans Paris pour rejoindre la gare. Arrivés, épuisés et transpirants, nous consultons nos portables : les infos tombent... pour parler des casseurs ! La couverture médiatique est telle que je me passerai d’en parler. Mais le combat n’est pas fini, un double combat, celui contre les casseurs qui desservent notre cause et surtout celui contre la casse du code du travail, contre laquelle nous restons mobilisés !

Stéphanie

 

14 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.