www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Commissions paritaires  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
17 octobre 2016

CAPD formation continue du 17 octobre

La CAPD formation continue s’est tenue ce lundi après-midi.

Nous avons passé plus des 3/4 du temps à discuter suite aux remarques et déclarations liminaires des élus des personnels.

- Déclaration préalable du SNUipp-FSU : interventions et questions sur la formation continue, le DIF, le remplacement, les surnombres, les classes saisonnières, les brochures vigigender, les conséquences des nouvelles modalités d’évaluation sur la notation 2016-2017, les dossiers administratifs personnels...

PDF - 117.8 ko
Déclaration SNUipp 17 10 16 bis

D’autres sujets ont été abordés : le nombre d’EVS, le LSUN, etc.

Réponses IA sur les questions diverses

- REMPLACEMENT et SURNOMBRES : Pas d’écho des circonscriptions quant à des difficultés de remplacement. Pour la DSDEN, il n’y a à ce jour pas de problème particulier sur ce plan. Il y a toujours 17 surnombres à temps plein. Ils ne seront plus « que » 15,35 en novembre.
Les surnombres ont été repartis sur l’ensemble des circo. Ils ont vocation à aller sur un poste vacant (reprise à temps partiel de droit après congé maternité, congé parental, congé longue durée = vacance de poste). Quand un poste se libère, ce sont d’abord les surnombres de la circonscription qui seront sollicités. Mais la DSDEN a besoin de résorber le surnombre et parfois les postes vacants ne sont pas sur la circo sur laquelle le surnombre a été nommé. Dans ce cas, l’affectation se fait au cas par cas après étude de la situation de l’enseignant en surnombre. Les services font en sorte de gérer de manière « humaine ».

- EVS-AVS  : le nombre de supports d’EVS (aides administratives) n’a pas bougé. Les IEN ont eu en revanche la possibilité de modifier les lieux d’implantation.
Les délais d’embauche sont incompressibles (pôle emploi.). Tout cela retarde la prise de poste.
Les personnes sont renouvelées en priorité, elles peuvent faire des courriers pour demander à l’être.
6 situations sont repérées sur le terrain où il manque cruellement une AVS (AVSco en ULIS école, accompagnement d’enfant déficient visuel, notamment). La DSDEN, en lien avec l’IEN ASH, cherche des solutions. A noter que lorsque les AVSco sont en contrat CUI, elles ne peuvent pas être remplacées. Ces situations vont toutefois diminuer puisque les CUI sont amenés à disparaître, au profit des AESH, contrats de droit public.

- EREAS : à Chambéry, le DASEN souhaite trouver une solution pour compléter le 25 % restant. La solution, pourrait être de nommer un surnombre. Cependant, à ce jour, il est impossible de « panacher » le service des ces collègues avec un 25 % en plus sur l’EREA comme éducateur. A noter que la problématique ne provient pas de la DSDEN mais a été créé par la direction même de l’EREA, qui en procédant à certains regroupements de services en interne, a laissé ce 25 % « isolé ».
L’IA poursuit la recherche d’une solution.
Sur la problématique des 12h d’amplitude horaire à l’EREA d’Albertville, sans pause, l’IEN ASH s’en est étonnée, et s’est engagée à regarder de plus près de quoi il retourne.

- Dossier administratif personnel : grand étonnement de l’administration, qui rappelle qu’on a tous un seul dossier, conservé au SEM (service mutualisé des payes, DSDEN 74). (C’est bien pour cela qu’on les interpelle sur la question, donc !!). Selon eux, ce dossier qui se promène dans les établissements serait une copie, un « sous » dossier, comme il peut y en avoir dans les circonscriptions (et qui ne valent rien). La chef de service de la division des personnels 1er degré vérifiera ce qu’il en est auprès du SEM.
Merci de nous signaler toute anomalie à ce sujet.

- Services civiques : il y a un manque patent d’intérêt pour le dispositif, et partant, de candidatures.

- Formation numérique : les enseignants chambériens se plaignaient du matériel obsolète. La mairie de Chambéry a engagé 500 000 € pour équiper les écoles, en plusieurs vagues.
9 écoles le sont déjà, soit 92 enseignants équipés.
La formation porte sur l’utilisation du numérique pédagogique à l’école, et non pas à l’utilisation des outils (VPI, classes mobiles...).
La formation a en point de mire la perspective du LSUN.
Il était nécessaire d’organiser 9 h de formation pour les collègues concernés avant les vacances d’automne, afin de pouvoir enchaîner ensuite la formation pour les écoles suivantes. Ce n’est donc pas l’article publié dans le DL qui est à l’origine de la « rapidité » de la mise en place de cette formation (l’IENA préfère parler de rapidité plutôt que de précipitation). Cette formation va être reproduite avec les deux vagues d’équipement suivantes puis servira ailleurs dans le département. En outre, il y a 3 nouveaux ATICE , il semblait important que cette formation soit assurée par tous les ATICE, afin d’accompagner les nouveaux. L’administration a voulu associer les CPC car c est un stage pédagogique. De plus, l’ambition de la DSDEN est d’avoir un pôle de formateurs, donc ainsi cela permet d’élever le niveau de compétences de tous (ATICE, CPC).
Enfin, la DSDEN a choisi de faire cette formation sur du temps compris dans nos ORS, afin que ce ne osit pas du temps en plus, soit :

- 3h sur les anims peda

- 6h sur les réunions en équipe
D’après l’IEN de Chy1, l’aspect « précipitation » a été comblé par la qualité de la formation. Elle admet, tout comme l’IENA, le mécontentement des formateurs (ATICe et CPC). Pour le SNUipp, le contenu de la formation, et le besoin d’en avoir une, ne sont pas remis en cause. C’est bien sur la mise en œuvre que le mécontentement, légitime, portait.

- LSUN  : l’application sera bientôt stabilisée, et déployée sur l’ensemble du département. Une formation sur cet outil sera déployée via les diverses animations pédagogiques. Il n’y aura pas une formation spécifique.
L’ensemble des formateurs a été formé, afin qu’ils puissent accompagner les enseignants dans la mise en place de ce livret.
Concernant le travail des directeurs : il y a deux clics a faire pour que, depuis Bases Elèves, l’ensemble des élèves aient un LSUN individuel. Puis, après, l’ensemble des enseignants peuvent y avoir accès.
Pour les écoles qui avaient des applis payantes, des discussions sont en cours pour basculer ces applis dans le LSUN.
D’après les échanges de part et d’autre, il y a un vrai intérêt et un vrai questionnement autour de ce livret scolaire unique. Ainsi, 50 % des directeurs d’écoles sont déjà allés voir de quoi il retournait.
Au niveau des délais de mise en œuvre, dans le second degré : à partir de janvier. Pour le premier degré, l’IA souhaite que ce soit le plus vite possible.
Pour ce qui est du SNUipp-FSU, pas de participation à l’enthousiasme général. Nous émettons de nombreuses réserves et inquiétudes, sur l’aspect éthique, en termes de confidentialité des données, ainsi que sur l’intérêt pédagogique, et la charge de travail accrue pour les enseignants.
Nus avons rappelé qu’au niveau national, notre organisation syndicale s’est adressée à la ministre pour demander un moratoire sur la mise en place du LSUN ainsi que la publication du bilan de la phase test opérée par le ministère au printemps dernier.

- Classe saisonnière de Valloire : L’IA n’était pas particulièrement au courant, mais suppose que les effectifs ne sont pas là dès novembre. Le principal est que le poste et donc un enseignant soient implantés, ensuite l’IEN gère, et la classe peut effectivement ouvrir en janvier.

- CAPD des promotions : elle aura lieu le mardi 6 décembre.

- Nouvelles modalités d’évaluation des enseignants et conséquences dès cette année  : les élus des personnels SNUipp-FSU ont dû expliciter leur demande : suite à la fin des discussions au ministère, il est prévu que :
* pour l’année scolaire 2017-2018, à titre transitoire, les campagnes d’avancement d’échelon 2017-2018 s’appuieront sur l’actuel dispositif de notation ;
* les corps d’inspection inspecteront, dès cette année 2016-2017, les personnels éligibles à un avancement accéléré d’échelon au titre de 2017-2018 (à savoir les personnels au 6e échelon qui bénéficient au 1er septembre 2016 d’une ancienneté inférieure ou égale à un an ainsi que les personnels au 8e échelon qui bénéficient au 1er septembre 2016 d’une ancienneté comprise entre six et dix-huit mois), sous réserve qu’ils n’aient pas eu une inspection récente.
Nous voulions donc savoir comment cela serait pris ne compte dès cette année... Les nouvelles sont trop fraîches, l’IA regardera et répondra ultérieurement.

Formation continue

- ATTENTION : le stage n°60 "se présenter à un entretien" a été annulé faute de candidats.
Pour le SNUipp-FSU, ce stage pourrait être reproposé l’an prochain, à condition d’en expliciter le contenu ! En effet, cette année, le "catalogue" du plan de formation n’a pas été publié. C’est pourtant là qu’on trouvait les descriptifs des formations ! Concernant ce stage en particulier, les collègues ne savaient pas de quoi il retournait.

- Cette fois, c’est sûr : le barème utilisé pour l’attribution des stages est faux ! (cf déclaration préalable). En effet, le nombre de jours de stages déjà effectués par chaque enseignant est invérifiable, et fausse la calcul du barème.
La solution pour revenir à plus d’équité : travailler un nouveau barème, sans le nombre de jours de stage effectués. Ce travail sera engagé pour l’an prochain.

- Pour le stage "un cinéma, un langage", qui commence au lendemain de la CAPD, les collègues ont odnc été prévenus avant la tenue de la commission.. mais l’IA assure que les enseignants qui seront en stage le seront sous réserve que leur candidature soit validée par la CAPD.
L’an prochain, il avancera donc au maximum cette CAPD en la programmant fin septembre.

Le SNUipp-FSU prévient chaque collègue retenu en stage par courrier individuel.

Stages MIN

8 collègues sur 21 candidatures sont retenus pour les modules MIN. Leur candidature a été proposée et remontée auprès du Rectorat. C’est la DGSECO qui validera ou non les inscriptions.
Priorité a été donné aux collègues n’ayant pas bénéficié de formations au regard des postes qu’ils occupent.
Il n’y a pas de contingent décidé en amont, donc pas de nombre de places à ces stages "réservé" aux enseignants de Savoie.

DIF

Un rapide bilan a été présenté, suite à la demande du SNUipp-FSU. Seuls 43 collègues ont "mobilisé" leur DIF depuis sa mise en place en 2011 ! Cela représente moins de 2 % des enseignants des écoles de Savoie. C’est peu.

L’IA ne souhaite évidemment pas "contourner" la règle académique (cf déclaration préalable), et n’accorde les DIF que pour les formations par correspondance ou se déroulant pendant les vacances. Certaines demandes pour des formations le week-end ont donc été refusées.

Pour de plus amples informations, nous contacter au 04 79 68 91 65 ou à snu73@snuipp.fr

 

29 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.