www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : AESH 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 février 2019

AESH : compte-rendu de l’audience du 6 février

Dans le cadre de la journée nationale de mobilisation AESH du 6 février, une délégation de 5 personnes (AESH, représentants des organisations syndicales FSU, Unsa et CFDT) a été reçue à la DSDEN, par la secrétaire générale et l’IEN ASH.

L’objet était que les AESH présentes puissent s’exprimer sur la réalité de leur métier au quotidien, de faire remonter les revendications nationales de pérennisation du métier, et de faire le point sur les problématiques départementales (application de la circulaire académique, revalorisation des salaires).

Les collègues AESH présentes ont fait état de :

  • un cruel manque d’informations et communication sur ce qui les concerne, ce qui ajoute du stress et de la difficulté ;
  • l’isolement : chacun.e est auprès de l’enfant suivi, seul.e dans son école ou établissement, et aucune possibilité de rencontre et concertation entre AESH n’est proposée.
  • leurs inquiétudes quant à l’avenir, avec l’épée de Damoclès du renouvellement ou non du contrat ;
  • la difficulté des fins de mois ou d’accéder à un crédit, avec des salaires autour de 600 € dans la majorité des cas (contrats à 50 ou 55%) ;
  • le fait que la faible rémunération oblige de nombreux AESH à avoir un 2ème voire 3ème travail à côté ;
  • le fait de ne pas pouvoir travailler à temps complet ;
  • La problématique de l’indice non actualisé pour les collègues en CDI (toujours à 320) ;
  • l’absence de prise en compte de l’ancienneté dans la rémunération, alors que légalement, il existe une grille indiciaire qui prévoit une augmentation d’indice en fonction de l’ancienneté (exemple d’une collègue gagnant 608 € au bout de 12 ans d’ancienneté) ;
  • l’investissement demandé par ce métier, enrichissant mais très prenant ;
  • le manque de formation, alors qu’il faut s’adapter à tout type de handicap ;
  • une vraie souffrance, douleur, de ne pouvoir vivre de ce travail que par ailleurs chaque AESH présente a dit profondément aimer. A quand un statut, une reconnaissance ?

Réponses de l’administration

La fonction d’AESH a beaucoup évolué depuis plus de 10 ans, et si désormais il y a des contrats CDD débouchant sur un CDI, c’est précisément parce qu’il y a une demande de reconnaissance et de pérennité.
Le salaire est basé sur le SMIC, mais dépend de la quotité de travail ; la quotité « temps plein » n’est pas possible pour le moment, peut-être que cela évoluera un jour.
Sauf évènement particulier, le CDD est assuré pendant 6 ans.
La « déprécarisation » est à l’œuvre, c’est d’ailleurs pour cela que désormais il est posisble d’accéder à un CDD au bout de 9 mois de PEC (contre 2 ans de CUI auparavant).

* A propos de la revalorisation salariale  :
la revalorisation du SMIC au 1er janvier 2019 a entraîné une nouvelle grille indiciaire.
L’indice plancher (CDD) passe donc à 325 ; l’indice de niveau 2 (CDI premières années) passe à 330, ainsi de suite. Cette revalorisation sera effective au mois de février 2019.
Tout est géré par le service budgétaire du rectorat (ou par le lycée Vaucanson pour les PEC). Ce service va s’occuper de gérer l’éligibilité des personnels aux frais de déplacement et déclencher leur versement, ainsi que d’actualiser les indices et les payes qui vont avec. Tout se met en place.

Commentaire   : Mais à quelle échéance ?? Avec quel effet rétroactif ?? Pas de réponse claire et nette ! Les AESH en CDI n’ont toujours pas vu leur indice actualisé à 325 au 1er janvier 2018, comment penser qu’ils vont passer à 330 sans difficulté majeure ? L’ancienneté en CDI n’est toujours pas prise en compte non plus, bien que le tableau de la grille indiciaire soit précis sur le sujet – tableau publié dans la circulaire académique du 17 décembre (page 6), mais les AESH n’ont pas été informés de l’existence de cette circulaire ! Où la trouver ? La question de l’information et de la communication est essentielle.

A cette question de l’information, on nous répond que la circulaire sera mise ne ligne sur le site de la DSDEN 73. Encore faut-il que les AESH le sachent !

* A propos de l’organisation du temps de travail
Avant, les temps faits en plus donnaient lieu à récupération (on peut douter de l’application exacte de cette modalité) ; désormais, les temps de concertation sont (enfin !) inclus dans le temps de travail.
Afin de ne pas modifier les emplois du temps, c’est à dire le nombre d’heures devant élèves, le rectorat a autorisé le département de la Savoie à augmenter les quotités de travail de 0 05 %.
Un courrier expliquant cela et proposant un avenant à signer pour augmenter ce temps de travail est parti auprès de – presque – tous les AESH :

  • les 307 et quelques AESH employés directement par la DSDEN viennent de recevoir ce courrier ;
  • les 122 et quelques CDD employés par les 34 collèges recevront ce même courrier, normalement avant les vacances, mais ce n’est pas la DSDEN qui s’en occupe. En effet, c’est l’employeur qui doit s’en charger, donc les principaux des collèges concernés. Souhaitons que les équipes administratives des collèges puissent assumer cette tâche dans les meilleurs délais !

La question s’est posée de savoir ce que signifie « temps de concertation ». Cela pourrait recouvrir :

  • temps de formation et information (quand il existent)
  • participation aux ESS
  • participation à l’organisation interne aux écoles et établissements (concertations, réunions avec les enseignant.e.s, élaboration des emplois du temps…)
  • réunions de pré-rentrée
  • sorties scolaires
  • etc

Enfin, la DSDEN nous a présenté l’expérimentation PIAL (Plan Inclusif d’Accompagnement Local).
Le PIAL se veut "un dispositif expérimental recherchant une meilleure organisation dans les accompagnements des élèves en situation de handicap de la maternelle au lycée". C’est une expérimentation lancée par le ministère suite au rapport de l’inspection générale de juin 2018 sur les AESH. Il sera mené dès septembre 2019 sur Combe de Savoie et Albertville, sous l’intitulé AVSm2 ("AVS mutualisé au carré").

Les Objectifs affichés du PIAL sont :

  • Professionaliser (en formant / informant les AESH) (il y aurait un pool d’AESH dans chacun des collèges concernés, peut-être une quinzaine, donc facilité de les réunir) ;
  • Gestion de proximité (puisque géré par chaque collège pour les écoles de son secteur) ;
  • Dé-précariser (ce qui signifie uniquement arrêter les PEC !) ;
  • Améliorer les délais de traitement des demandes ; "rechercher une meilleure efficacité" ;
  • Privilégier la mutualisation (plutôt que l’individualisation) (AESH mut) ;

Les Axes de travail sont : Travailler avec la MDPH pour que les PPS soient mieux pensés... et qu’il y ait moins de notification d’aide individuelle ! Mettre en relation un professeur référent qui organisera les besoins sur le terrain.

Il y aura un futur coordonnateur du PIAL, poste créé lors de la carte scolaire du 1er degré.

Pour la DSDEN, ce PIAL apportera un "plus" et améliorera le service rendu aux familles, l’inclusion, en un mot, le service public. La DSDEN travaille à mettre en place ces équipes d’AESH sur les deux secteur concernés d’ici juin, afin d’être opérationnel pour le PIAL à la rentrée 2019.http://73.snuipp.fr/spip.php ?article4312 Plus de 10 000 élèves sont concernés, dont 4 % sont cette année notifiés pour une aide humaine AESH. Parmi ces 4 %, moins de 50 % sont effectivement accompagnés. Ce sera un dossier à suivre .

En conclusion, la secrétaire générale et l’IEN ASH affirment que la question du métier d’AESH ne peut qu’évoluer favorablement, car il y a désormais une prise de conscience nationale.

En attendant cette « évolution favorable », des cahiers revendicatifs ont été proposés aux AESH présent.e.s le mercredi 6 février.
Nous devons continuez à les remplir ! Faites-nous faire remonter vos doléances et revendications,en remplissant le formulaire en ligne ! https://framaforms.org/cahier-de-doleances-special-aesh-et-inclusion-scolaire-1549568372/

Les cahiers revendicatifs seront remis à l’inspecteur d’académie et au préfet lors du CDEN du 15 février. Cela laisse une semaine pour se faire entendre !

 

51 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.