www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Commissions paritaires  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 novembre 2019

CAPD du 7-11-19 - compte-rendu

Ce 7 novembre se tenait la CAPD "formation continue" examinant l’attribution des stages de formation continue, et les demandes de CPF.

Déclaration liminaire du SNUipp-FSU : Ras-le-bol !!! : une déclaration liminaire à la hauteur de notre colère.
Le SNUIpp-FSU a dénoncé de nombreux sujets auprès de l’IA-DASEN :

  • beaucoup de mails, où est l’allègement des taches de direction ?
  • logiciel SortieSco : réglementairement, vous ne pouvez pas nous imposer d’utiliser cet outil. Une application doit aider le travail des personnels, pas l’alourdir.
  • traitement des demandes d’autorisation d’absences : encore du travail supplémentaire.
  • visite des classes CP-CE 1 : « observation bienveillante », « diffusion de pratiques intéressantes », des évaluations comme vecteur de l’analyse ministérielle, pilotage par l’évaluation : est-ce un moment historique ou dramatique ?
  • laïcité et port du voile : les parents ne sont pas soumis au devoir de neutralité, toutes les mamans peuvent accompagner à l’école. Le gouvernement ne doit pas instrumentaliser la laïcité mais s’attacher à tenir des discours responsables.
  • AESH : une rentrée « sous la maturité de la réussite » pour les collègues accompagnant les enfants en situation de handicap, une réalité ? Non versement de certains salaires, services de gestion saturés, affectations aberrantes… Où est la réussite ?
  • les conditions de travail : quand admettra-t-on qu’il y a une réelle souffrance au travail ? Quand l’institution se saisira-t-elle du problème ? Quand les taches seront-elles allégées ?

La déclaration complète du SNUipp-FSU ci-dessous : 

PDF - 113.8 ko
Déclaration préalable et questions diverses CAPD 7-11-19 - SNUipp-FSU 73

Certaines remarques ont passablement irrité l’IA-DASEN, qui s’est fortement agacé de la teneur de nos propos. Nous sommes pourtant là pour lui dire les choses, le dialogue social, c’est ça aussi ! Si de son côté il pense réellement être dans la confiance avec les enseignant.es, alors force est de constater que sa démarche n’est pas comprise sur le terrain...

L’ensemble des élus des personnels se rejoignent sur ces sujets, dont il est également souligné que :

  • Il y a un malaise important de la profession avec une souffrance réelle de l’ensemble des collègues : l’institution est-elle au courant ? Il ne faudrait pas attendre plus longtemps, 58 suicides l’année dernière, 11 depuis la rentrée cette année. Il y a besoin de mesures d’urgence. Que remonte-t-il des différentes circonscriptions ? Qu’est-ce que l’IA peut prévoir ? Attend-on janvier et les propos du ministère ?
  • les collègues de CP-CE1 vivent très mal les visites, ils se sentent fliqués. Le questionnaire proposé est vécu comme intrusif. L’IA Envisage -t-il de rendre ces visites obligatoires ? Quel est le rôle des PEMF et CPC lors de ces visites ? Sont-il habilités à les faire ?
    - SortiesSco : nécessite un temps démesuré, passé pour rentrer les sorties dans Sorties-Sco, alors qu’il n’y a pas d’obligation d’utiliser ce logiciel. La version papier est plus simple et plus claire. Ce qui devrait être une « aide » est en réalité extrêmement chronophage. Que fera l’IA pour les collègues qui utiliseront les versions papiers ?
  • Génie : Encore une application chronophage… Dans quelle mesure un directeur est-il autorisé à demander la carte nationale d’identité d’un parent ? Où sont les retours d’honorabilité pour certains parents ?
    - Circulaire sur la gestion des absences des élèves : les collègues directeurs seront en première ligne face aux familles dont l’enfant est souvent absent, à l’heure où il y a souvent des tensions entre parents et école.
    - *AESH : où en est-on ? Qu’en est-il du remplacement des AESH ?

D’autres questions sont posées à l’IA lors de cette CAPD :

  • Qu’en est-il du règlement départemental ? Va-t-il être toiletté, mis à jour ?
  • Mouvement 2020 : les élus ne siégeront plus dans les différentes instances dès 2020. Va-t-on être associés à l’écriture de la circulaire du mouvement départemental ? Est-il prévu des GT pour travailler sur le mouvement en amont avec l’administration ?
  • Point sur les contractuels : combien y en a-t-il ?Le département est-il toujours déficitaire ?
  • Absence des enseignants : où en est-on du remplacement ?
  • Le CDEN bilan de rentrée est un peu tardif, c’est dommage.
  • Plan de formation : il n’y a plus grand-chose, seulement 11 stage d’à peine une journée pour 337 candidats. A quand un vrai plan de formation ? Pourquoi n’y a-t-il que 20 places alors qu’il 177 demandes sur certains stages ? La DSDEN sera-t-elle en capacité de tenir ces stages, malgré la difficulté du vivier de remplacement ? Est-il possible de fixer les dates en amont, afin que de pouvoir s’organiser ? Pas de stages le mercredi, qui doit rester un moment de repos important pour les collègues.
  • CAPD avancement mois de janvier : Peut-on avancer la paie du changement d’échelon automatique avant la CAPD afin que les collègues n’attendent pas le mois de mars pour être payé ?

Réponses de l’ IA-DASEN et de l’administration :

  • Retour sur la déclaration préalable du SNUIpp-FSU : L’IA-DASEN est revenu sur la teneur des propos du SNUIPP-FSU : il est désolé de nos propos qu’ils considèrent « effrayants, péjoratifs et extrêmement désagréables ». Si le SNUIpp adopte cette posture, il n’y a pas de problème, ça lui rappellera le 04 (les Alpes de Haute-Provence, son ancien poste) et il répondra en conséquence, les réunions seront différentes. Mais il pensait que nous pouvions discuter de manière agréable en se respectant.

Le SNUIpp-FSU rappelle à l’IA-DASEN qu’il assume ses propos. Ce n’est pas une posture ou un jeu de rôle. Si on en est arrivé ici aujourd’hui, c’est parce que la relation sereine et de confiance entre l’IA-DASEN et les syndicats doit aller dans les deux sens : les propos tenus par l’IA doivent être les mêmes en audience puis auprès des écoles.
Il nous appartient de lui faire savoir ce qu’il se passe sur le terrain.
Ce n’est pas aux directeurs et enseignants de pallier toutes les carences de l’institution.

  • GENIE
    GENIE est une obligation institutionnelle. Selon l’IA, Les responsabilités engagées sont énormes. On ne peut pas prendre de risques. Le jour où il y a un problème, on va se tourner vers le directeur d’école puis vers l’IA-DASEN. Si un enseignant ne veut pas faire remonter les données des parents, il ne pourra pas sortir de l’école. Effectivement, les enseignants ne sont pas habilités à demander ni garder les pièces d’identité, il faut donc demander aux parents une copie (une photo suffira). Il faut garder en tête que cette démarche est une protection des personnels.
  • Campagne promotions : réponse de Mme Rebière et des services : l’ensemble des augmentations liées aux promotions seront versées sur l’exercice 2020, même si elles sont automatiques.
    Les syndicats rappellent que l’année dernière, les augmentations liées aux promotions automatiques avaient été faites en amont de la CAPD. Pour l’instant, les services ne savent pas si cela sera possible cette année. Il faut attendre la stabilisation des bases par la DSI au rectorat pour avoir une réponse.
    La question sera revue par les services auprès du rectorat.
  • Visites des CP/CE 1
    L’IA-DASEN rappelle solennellement son souci permanent de reconnaissance des compétences professionnelles des enseignants et des équipes pédagogiques.
    A chaque IEN qu’il a rencontré, il a rappelé ce souci prioritaire de reconnaissance de l’expertise des enseignants, de leur professionnalisme et de leur liberté pédagogique. Il leur a demandé d’accompagner chaque équipe pour travailler sur un thème choisi, travail qu’ils partageront par la suite avec l’ensemble des collègues.

D’après l’IA-DASEN, la programmation des observations en classe de CP et CE1 se veut bienveillante, c’est une discussion avec les enseignants. Les syndicats constatent qu’il y a contradiction entre les dires de l’IA-DASEN et la manière dont les enseignants vivent les choses sur le terrain : ces visites et le document de travail sont considérées comme intrusives et un moyen de contrôle par la plupart des collègues.

L’IA-DASEN rappelle que le but de ces observations n’est pas de contrôler ce que font les enseignants mais de discuter des pratiques des enseignants au quotidien et de mettre en place les formations nécessaires si certains éléments ne semblent pas appropriés ou mal maîtrisés. C’était aussi pour que ces visites soient mieux comprises que le choix avait été fait de diffuser le document de travail en amont.

Il n’y a pas d’obligation d’accepter ces visites. Si un enseignant est stressé, inquiet, traumatisé, qu’il en parle avec son IEN.

  • Application des guides (livrets orange, framboise, maternelle...) : l’IA-DASEN ne demande pas aux enseignants d’appliquer en totalité ce qui est dans les guides, mais de les connaître. Ils peuvent utiliser certaines choses. Cela relève de leur professionnalisme et de leurs compétences. Il n’y aura ni contrôle, ni contrainte.

L’IEN-A rappelle que les livrets ont été réédités cette année avec une évolution à prendre en compte. Pour ce qui concerne la maternelle, elle reconnaît une forme de formalisme, notamment au niveau du vocabulaire, mais il y a des choses intéressantes pour le geste graphique. Il n’est donc pas question de les suivre à la lettre, mais de relever un certain nombre de points intéressants, notamment pour les jeunes enseignants.

  • Évaluations CP/CE 1
    L’IA-DASEN remercie vigoureusement les enseignants du département qui ont fait passer les évaluations CP et CE 1 sans jugement de valeur. Il ne veut pas faire un palmarès des écoles, mais souhaite que les équipes s’emparent des évaluations pour être le plus efficient possible avec les élèves.
    Il encourage les collèges à faire un retour des évaluations 6ème aux écoles primaires.

L’IA-DASEN ne souscrit pas à « l’évaluationnite » ou « teach to test », entraînement aux évaluations, dénoncé par le SNUIpp-FSU : il ne souhaite pas un entraînement systématique aux évaluations mais les considère comme une aide. Il martèlera ce message quand il rencontrera les collègues.

L’IA-DASEN rappelle que le travail le plus difficile au quotidien, c’est dans la classe qui demande une vigilance de tous les instants avec des élèves et des parents de plus en plus difficiles.

Le SNUIpp-FSU revient sur le fait que, si les enseignants ont fait passer les évaluations cette année, c’est parce qu’ils ont peur d’avoir une retenue sur salaire. Qui serait prêt à ne pas le faire et à être sanctionné ?

L’IA-DASEN a relevé un enseignant en Savoie qui a refusé de faire passer les évaluations et verra cet enseignant pour s’assurer qu’il sait que c’est un service non fait.

L’IA-DASEN et l’IEN-A demandent de ne pas « jeter » les évaluations à la poubelle. En tant que professionnels et cadres A, les enseignants doivent faire la différence entre un discours ministériel totalement pour et un discours autre totalement contre. Il y a quand même quelques éléments chiffrés importants comme la fluence. Les enseignants doivent faire la part des choses. Par exemple, quand on voit que les élèves ont progressé sur la droite non graduée (exercice très intéressant au regard des compétences mathématiques), on peut mettre en avant les compétences et le professionnalisme des enseignants. C’est pour le travail des enseignants, quelque chose de très valorisant.

Mme Culoma rappelle que les visites en CP et CE 1 se font depuis deux ans en REP +. Si elles étaient mal vécues au départ par les enseignants qui les pensaient intrusives, le retour est finalement positif, car cela a permis de mettre en place des formations en fonction des besoins. Il faut rassurer les enseignants sur ces observations en classe de CP et CE1.

  • Direction d’école :
    L’IA-DASEN est conscient de la difficulté des directeurs d’école et essaye chaque fois qu’il le peut d’alléger leurs taches. Par exemple, l’année dernière, il a refusé l’expérimentation de Sorties-sco. Il s’accorde avec les syndicats sur le fait que l’informatique doit simplifier les tâches et non les complexifier.
    • Sorties-Sco
      Il regardera en détail sortie-sco. Il revient sur le fait que c’est utilisé dans le 74 depuis l’année dernière et que cela a l’air de fonctionner. Il regardera comment cela fonctionne en Savoie et si cela prend effectivement trop de temps, il renoncera à son utilisation.
    • Gestion des absences des élèves :
      L’IA-DASEN et l’IEN-A pensaient avoir facilité le travail mais veulent bien entendre leur erreur.
      Ils rappellent par contre que faire remonter les absences est bien le travail des directeurs d’école, on ne peut faire autrement.

L’idée était d’avoir un premier document officiel fait directement par le directeur avec la signature de l’IEN, pour que le directeur ne soit pas tout seul et puisse mettre de la distance avec un parent mécontent. Un deuxième courrier avait été préparé pour envoyer aux enfants absents trop souvent rappelant l’importance de l’école, de l’accompagnement mis en place pour les élèves, de l’APC... Ce courrier ne peut pas être rempli par quelqu’un d’autre que le directeur puisqu’il est personnalisé pour chaque élève.
La démarche n’était pas de surcharger la barque du directeur d’école ou d’alléger la tache de l’IEN mais de cautionner les actions des directeurs sur les absences d’élèves. C’est une preuve de confiance envers les directeurs car les IEN leur donne une délégation de signature.

Le SNUIpp-FSU admet une demande d’avoir réellement un courrier de l’institution pour certaines familles parfois coutumières d’absences. Mais on peut comprendre que ce mail dans le contexte actuel (surcharge des directeurs…) suscite des réactions négatives parmi les collègues.

L’IA-DASEN rappelle que l’absentéisme des élèves est une préoccupation importante. Il le rappellera aussi aux maires qu’il rencontrera à partir de la semaine prochaine.

L’IA-DASEN admet que le nombre de mails de la DEGESCO ou du ministère sont trop nombreux. Ces mails passent sans « filtre » de la DSDEN et cela fait effectivement des mails en plus pour les directeurs d’école. Il admet qu’il y a trop de concours. Il préfère les actions pédagogiques de fond.

A partir du 12 novembre, des réunions entre directeurs et IEN vont être mis en place à la demande du ministre.
Une des réponses soulevées par le ministères en termes de ressources humaines comme aide à la direction est le recrutement de service civique.

  • AESH  :
    Madame Rebière explique qu’on donnera les informations sur les AESH dans le bilan de rentrée qui sera donné sous peu.
    L’IA explique qu’il manque une fluidité de communication avec le lycée Vaucanson car on n’a pas de bases de données qui permettent de suivre les élèves et les AESH. Il regrette l’application Ganesh qui existait dans l’académie d’Aix-Marseille et qui fonctionnait très bien.

M. Huard explique qu’on peut lui faire remonter nos questions, qu’il n’y a rien à cacher, qu’il peut donner par mail les informations chiffrées. Il se félicite de l’expérimentation du PIAL. Cela se passe plutôt bien sur le secteur PIAL : il reste des difficultés sur l’application et sur la répartition des AESH.
Une réflexion est menée sur le remplacement. M. Huard explique qu’on ne peut pas remplacer les AESH en congé long type maternité ou CLM. Il faudrait pouvoir embaucher sur des durées courtes, ce qui n’est pas autorisé.
Le SNUipp-FSU demande pour quoi ne pas embauché des AESH en contrat de 3 ans pour mission de remplacement.
L’IA-DASEN explique qu’il manque un support. En outre les AESH ne pouvant souvent pas se déplacer loin, cela semble impossible à gérer sur le département.

Sur le nombre d’AESH, l’IA-DASEN revient sur le fait que les dotations sont limitées partout même s’il y a une demande exponentielle d’AESH. Il explique que l’aide mutualisée qui permet une plus grande souplesse peut être un début de réponse aux problèmes du nombre d’AESH mais est conscient que cela ne suffira pas.

  • Règlement départemental  : il est effectivement à actualiser. Il faut le faire rapidement car les enseignants s’appuient dessus au quotidien. Il pourrait être réactualiser a minima sur les rythmes scolaires et l’obligation des enfants de moins de 3 ans.
  • Mouvement  :
    L’IA-DASEN rappelle que l’on va mettre en application des règles de mouvement qui ne concernent pas que l’éducation nationale mais l’ensemble de la fonction publique. Les décisions prises ne sont pas convenables de leur côté comme du notre. Le ministère de l’éducation nationale a essayé de peser pour conserver la fonction de communication qu’il existait entre syndicat et administration, mais cela ne sera pas possible, donc pas de GT, pas de CAPD, pas de note de service départementale…
    Il y aura une note de service académique avec une grande partie commune et une partie spécifique pour chaque département. Il y aura une ligne directrice de gestion qui sera déclinée en note de service nationale puis en note de service académique. Les services travailleront en amont sur les barèmes avec chaque personnel.
    Des recours pourront avoir lieu et chaque agent pourra demander à un représentant syndical de l’accompagner dans son recours individuel. La possibilité de faire un recours sera encadrée par des directives précises. Seuls ceux qui auront eu une affectation en dehors de leurs vœux pourront faire un recours.
    Le SNUipp-FSU indique qu’il suffit d’obliger tout le monde à faire un vœu sur toutes les écoles de Savoie pour qu’il n’y ait pas de recours. L’IA-DASEN s’engage à faire des réunions avec les enseignants pour expliquer les nouvelles règles du mouvement.
    Il est préoccupé par cette nouvelle situation et verra dans quelle mesure il pourra continuer à informer les syndicats, car il est très attaché au dialogue social et a pouvoir travailler avec les organisations syndicales qui peuvent être critiques tout en étant mesurées dans leurs propos.
  • Stages syndicaux : Annulation de toutes les démarches engagées sur les autorisations d’absence syndicale et retour à la normale. L’IA-DASEN annule toute sa démarche engagée car il faut reconnaître quand on s’est trompé et qu’un combat est perdu d’avance.

CPF et Formation continue à l’ordre du jour de la CAPD

  • CPF

Il y a 10 demandes. Montant total nécessaire de 7490€.

Le SNUIpp-FSU demande concrètement, comment cela se passe. Il n’y a pas d’enveloppe spécifique, c’est une enveloppe fermée. 25 € par heure sont accordées de manière réglementaire.
Le SNUIpp-FSU demande si tout peut être financé ?
Les services expliquent que tout ce qui est donné aujourd’hui est tout ce qu’il y a en moins pour la formation continue, qu’on ne peut donc pas accorder toutes les demandes.
Sur les 10 demandes, 5 ont été refusées.

Le SNUIpp-FSU déplore qu’officiellement on nous fasse miroiter la formation tout au long de la vie mais que dans la réalité, cela se traduise par de nombreux refus (50 %)

  • Stages avec appel à candidatures

Aucun changement sur le barème par rapport aux années précédentes. Il y a 20 places partout car la DSDEN connaît le volume de remplacement sur les périodes de l’année. L’offre de formation est conditionnée aux moyens de remplacement.

337 collègues ont candidaté pour 220 places au total (11 stages proposés, 20 places par stage).

On ne peut pas fixer les dates trop en amont car on attend la CAPD.
Deux dates ont été arrêtées :

    • 21/11 : la voix, un instrument au cœur du métier.
    • 14/11 : première scolarisation en maternelle.

Si un enseignant ne peut pas être présent, qu’il en informe tout de suite l’administration afin qu’une autre personne puisse profiter du stage.

Peu de candidats aux stages ski de fond et ski alpin. Tous les candidats sont retenus.

Pour la liste complémentaire, les candidats seront pris dans l’ordre du barème. Il n’y a pas de nombre défini.

Les services demandent à être prévenus tout de suite quand un collègue sait qu’il ne peut pas venir afin qu’ils puissent prévenir quelqu’un d’autre.

Le SNUipp-FSU 73 a informé individuellement tous les collègues dont il avait les coordonnées mails.
Pour les autres, n’hésitez pas à nous contacter ! 04 79 68 91 65 ou snu73@snuipp.fr

 

77 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.