www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • Fermeture des écoles - communiqué du SNUipp-FSU 73
    PDF - 144.8 ko
    Télécharger

  • COVID-19_Enfants_personnels_de_santé
    PDF - 630.8 ko
    Télécharger

  • Message IA-DASEN 14 mars journée - message aux maires
    PDF - 42.9 ko
    Télécharger

  • Attestation garde enfant
    Word - 747 ko
    Télécharger

  • coronavirus-covid-19-questions-r-ponses-pour-les-familles-les-l-ves-et-les-personnels-d-ducation-52035_0
    PDF - 465.7 ko
    Télécharger

  • courrier COVID-19 15 mars - éclaicir les consignes
    PDF - 55.9 ko
    Télécharger

  • DASEN à Directeurs et PE
    PDF - 362.2 ko
    Télécharger

  • Attestation_de_deplacement_derogatoire
    PDF - 37 ko
    Télécharger

  • Appel_à_volontariat-1
    PDF - 499.9 ko
    Télécharger

  • réponse IA-DASEN au courrier FSU 73 du 23 mars
    PDF - 41.7 ko
    Télécharger

  • 25 mars corona_ministere_compte_rendu_de_la_bilaterale
    PDF - 126.6 ko
    Télécharger

  • MàJ FAQ extraits
    PDF - 51.1 ko
    Télécharger

  • Note continuite de service
    PDF - 370.6 ko
    Télécharger

  • peux pas fraises ptit
    JPEG - 7.4 ko
    Télécharger

  • DL 27 03 20 page 6 - crise covid-19 écoles
    PDF - 153.8 ko
    Télécharger

  • signal-2020-04-08-184802
    PNG - 1 Mo
    Télécharger

  • DL 15 04 20 FSU
    JPEG - 121 ko
    Télécharger

  • DL 15 04 20 snuipp 73
    JPEG - 94.1 ko
    Télécharger

  • sport
    JPEG - 28.8 ko
    Télécharger
12 mars 2020

COVID-19 - Fil Infos - mis à jour 4 juin 10h00

4 JUIN

Les changements induits par la nouvelle phase de déconfinement au 2 juin

Textes de référence :

  • Décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 (principalement les articles 31 à 36)

Port du masque : légère évolution
Le port du masque reste obligatoire pour les personnels en présence des élèves. (Art. 36) mais les enseignant.e.s, en situation de “cours” et qui sont à plus d’un mètre des élèves, peuvent en être dispensé.e.s.
Le port du masque est obligatoire pour les parents qui entrent dans une école ou un établissement (art.36 - 6°).
br>
Locaux et activités sportives
Dorénavant, il est possible d’utiliser les équipements sportifs selon le tableau ci-dessous :  sport

Réunions au sein de l’école
Le décret lève l’interdiction de rassemblement ou réunions professionnelles mettant en présence plus de 10 personnes lors qu’elles peuvent être organisées dans les conditions de nature à permettre le respect des mesures d’hygiène (Art. 3 - 1°). Les conseils des maîtres ainsi que les conseils d’école pourraient donc se tenir “en présentiel” dans le respect de ces conditions.
C’est à l’équipe pédagogique d’apprécier si les conditions permettent la tenue de telles réunions.

3 JUIN

Garde d’enfant et travail à distance : possibilité reconduite le 3 juin par le ministère de l’Éducation nationale

2 JUIN

=> Malgré nos sollicitations, nous n’avons pas été destinataires d’une circulaire ou d’une information précisant les nouvelles modalités exactes mises en œuvre au sein du ministère de l’éducation nationale.

C’est la DGAFP (direction générale de l’administration et de la fonction publique) qui précise qu’à compter du 2 juin, l’attribution d’ASA pour gardes d’enfant serait toujours possible en cas d’impossibilité de télétravail, mais conditionnée à la présentation d’une attestation indiquant que l’enfant (ou les enfants) ne sont pas accueillis par l’école ou l’établissement de scolarisation.
A lire sur Garde d’enfant et travail à distance : possibilité reconduite le 3 juin par le ministère de l’Éducation nationale

29 MAI

Phase 2 du déconfinement" / le mois de juin dans les écoles

Le mois de juin, c’est maintenant !
Et finalement, aucune anticipation, aucune information en amont... le SNUipp-FSU 73 a de nouveau interpellé l’IA sur les questions pressantes qui se posent : possibilité de garde d’enfants à partir du 2 juin, échelonnement des secondes phases de rentrée, mise en place de 2S2C...
Que retenir des annonces du 28 mai ?

➡️ "Amorce du mois de mai" ➡️ Amplification en juin (ah ?).
⚠️ toujours dans le respect du protocole sanitaire, MAINTENU (donc la réalité de "l’amplification reste à prouver...) ⚠️
(pas d’assouplissement).
"A PARTIR DU 2 JUIN", toutes les écoles seront ouvertes. Volontariat familles maintenu.
Accueil complémentaire avec 2S2C (si les communes le mettent en place, et restera à voir dans quelles conditions, pour qui, quels locaux, etc).

➡️ Toutes les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leur enfant au moins une partie de la semaine.
= accueil systématique au moins SUR UNE PARTIE de la semaine (rotations des élèves).

➡️ "à partir du 2 juin" = pour le SNUipp-FSU 73, cela signifie prendre le temps de mettre en place la nouvelle organisation et échelonner cette deuxième phrase de rentrée !

PAS DE PRÉCIPITATION !


Reste notamment en suspens la question de la possibilité de rester en distanciel ou en ASA pour garde d’enfant de moins de 16 ans.

Le SNUipp-FSU 73 a interrogé l’IA le 28 mai, avant l’intervention du premier ministre et du ministre de l’Éducation nationale sur ces questions (garde d’enfants pour les personnels, échelonnement de cette 2eme phase, mise en place des deux 2S2C...). Bien entendu nous vous tiendrons informés !

A bout de bras !

Déconnecté de la réalité du fonctionnement des écoles en cette période de déconfinement, le ministre de l’Éducation nationale fait des promesses qui ne pourront pas être tenues. Pendant ce temps, les équipes enseignantes tiennent à bout de bras un système bousculé de toute part.
Communiqué du SNUipp-FSU

La reprise au fil des jours

Les premiers résultats de l’enquête du SNUipp-FSU sur la réouverture des écoles brossent un tableau contrasté de la reprise.

EN SAVOIR PLUS

26 MAI

Le SNUipp-FSU 73 a interpellé l’IA, afin d’anticiper la phase 2 du déconfinement qui commencera le 2 juin :
- comment envisagez-vous l’organisation des écoles à partir du 2 juin, date à laquelle les parents d’élèves concernés par le chômage partiel se retrouveront face à des difficultés pour continuer l’école à distance ? (en termes d’effectifs, de gestes barrières, de matériel sanitaire, continuité des apprentissages,...)

- est-ce que les personnels enseignant et non enseignant considérés comme fragiles (problèmes de santé, femmes enceintes, ...) ou s’occupant de personnes fragiles seront encore concernés par le travail à distance et ou ASA ?

- quel bilan faites-vous ce cette première phase de déconfinement avec l’ouverture des écoles depuis le 11 mai ? En Savoie, est-ce qu’il y a eu des cas de Covid parmi les personnels ? parmi les élèves ? Y a-t-il eu des écoles fermées ou en prévision de fermeture ?

Nous attirons votre attention sur l’urgence pour les équipes de préparer le 2 juin, les directeurs et directrices doivent rencontrer les Maires cette semaine et font face aux très nombreuses questions des parents d’élèves. Des réponses sont nécessaires aujourd’hui ou demain. Et comme vous nous l’aviez dit en CTsD le 11 mai, "on ne peut pas fonctionner comme on a fonctionné" pour la reprise du 11 mai, "il en va des la survie" des équipes des écoles.

Réponse : "Je suis désolé de n’avoir aucune information nouvelle par rapport aux deux premières questions que vous posez.
Sur le troisième point, la première phase de déconfinement s’est très bien passée. Nous n’avons eu qu’un cas de Covid-19 pour deux ATSEM à Saint-Martin les Bellevilles, ayant conduit à la fermeture de l’école pendant 15 jours. Nous avons scolarisé environ 38 % des élèves du premier degré."

Le 1er ministre doit faire des annonces jeudi 28 mai.
Quel temps sera laissé aux équipes pour repenser les organisations, alors que la "première" reprise ne s’est pas faite sans mal ?!
=> Les chiffres de la reprise : une enquête du SNUipp-FSU a pu établir une photographie des conditions de la reprise. Des modalités d’organisations pas vraiment raccord avec la communication de la rue de Grenelle.

La DGRH et la DAF ont réuni l’ensemble des organisations syndicales représentatives à l’Education national pour présenter la déclinaison envisagée de la prime Covid-19 sur la base du décret 2020-570 du 14 mai 2020.

En savoir plus sur la Prime “COVID19”

17 MAI

COVID 19 : quid des RDV de carrière en suspens ?

12 MAI

Un CTsD portant sur les "grands principes de la reprise des écoles" s’est tenu lundi 11 mai à 16h15. L’IA a présenté le plan de reprise départemental, que vous trouverez sur notre site, avec quelques annotations de notre part.
Le comité technique a consisté en échanges sur le plan de reprise départemental, puis à des questions / réponses portant sur les absences pour garde d’enfants, les masques, thermomètres, la question de la responsabilité et décision d’ouverture, etc. COMPTE-RENDU en cliquant !
Le décret paru au JO aujourd’hui prévoit le port du masque obligatoire en présence des élèves. Le protocole est donc modifié en ce sens car le décret a une valeur supérieure.

Article 10 du décret que vous trouverez sur le lien ci-joint : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ?cidTexte=JORFTEXT000041858681&categorieLien=id

=> Plus d’infos en cliquant

11 MAI

=> FORMULAIRE GARDE ENFANT A REMPLIR

7 MAI

Réouverture des écoles : quelle responsabilité juridique ?
Ce CHSCT concernait plutôt le 1er degré, vu l’actualité.
Vous trouverez dans ce compte-rendu les avis présentés par les membres du CHSCT ce matin, et votés à l’unanimité, ainsi que les réponses de l’IA.Compte-rendu du CHSCT Départemental de la Savoie – jeudi 7 mai 2020
CHSCT académique du 6 mai : éléments à retenir
Nouvel échange de questions/réponses du SNUipp 73 avec l’IA :
  • Des parents d’élèves ne souhaitant pas ou ne pouvant pas remettre leurs enfants à l’école (élèves "non prioritaires" en cas de dépassement de la capacité d’accueil) disent que leur employeur demande une attestation de l’école comme quoi leur enfant n’est pas accueilli. Quelle réponse peut être apportée par l’école ?
    Réponse : Il sera probablement demandé à partir du 1er juin une attestation d’impossibilité de prise en charge à l’école pour pouvoir bénéficier du chômage partiel. Annonce gouvernementale du 29 avril dernier.

  • Dans la circulaire relative à la réouverture des classes, il est écrit : " La réouverture des classes est progressive, à compter du 11 mai pour les écoles de tous les départements classés "verts" ou "rouges" et du 18 mai pour les collèges des départements classés "verts", en commençant par les classes de 6e et de 5e. Un examen de la situation sanitaire, fin mai, permettra de déterminer la possibilité d’étendre la réouverture progressive des collèges et d’ouvrir les lycées. "
    La Savoie est actuellement en zone orange. Quelles sont les perspectives ? Si le département passe en zone rouge, qu’est-ce qui pourrait justifier que les écoles ouvrent malgré tout ?
    RéponsePour l’instant, la couleur du département ne devrait rien changer dans le premier degré. Écoutons le premier ministre jeudi après-midi... (cet après-midi donc)

  • Certain-e-s enseignant-e-s, dont l’école ne rouvrira que le 18 mai, se sont vu signifier par leur IEN une obligation d’être présent-e-s à l’école la semaine prochaine pour assurer la continuité pédagogique en distanciel.
    Cela nous paraît incohérent.Si l’enseignant est en distanciel, il doit être libre du lieu de son travail, le domicile étant le lieu à privilégier dans ce cas. Pourrait-il y avoir clarification sur ce point ?
    RéponseIl y a probablement un malentendu. La présence à l’école ne peut être reliée qu’au souci de favoriser la concertation au sein des équipes pour préparer la reprise, en cohérence avec l’absence de continuité pédagogique le 11 mai.

  • Enfin, à l’issue du CTM du mardi 5/05, le ministre a indiqué que les ASA pour garde d’enfants sont réactivées pour la période du 11 mai au 2 juin.
    Par ailleurs, dans la circulaire “sur la reprise” du MEN du 4/05/20, les élèves prioritaires sont définis comme suit :
    "Des groupes multi-niveaux peuvent être constitués pour scolariser des élèves prioritaires dont les cours n’ont pas repris et correspondant aux catégories suivantes :
    • les élèves en situation de handicap ;
    • les élèves décrocheurs ou en risque de décrochage ;
    • les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire et à la continuité de la vie de la Nation*. Dans la mesure du possible, il est également tenu compte des élèves relevant d’une même fratrie. "
      ‘*Les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire et à la continuité de la vie de la Nation" restent définis par la ligne directrice de gestion du 13/03/2020 publiée par le ministère de la santé. A ce jour, les enfants d’enseignants ne sont pas mentionnés.
      RéponseDans toutes les communications, la rectrice a inclus les enseignants dans la liste des personnels indispensables à la continuité de la vie de la Nation. J’ai fait de même.
      La "priorité aux enfants d’enseignants" mentionné par le Premier Ministre ne s’est pas concrétisée dans les textes. En conséquence, les personnels qui ne peuvent scolariser leur.s enfant.s. sont en droit de faire valoir l’obtention d’ASA.
      Pouvez-vous nous le confirmer, svp ? RéponseJe ne doute pas que les écoles feront le maximum pour scolariser les enfants d’enseignants. (ce qui n’est pas une réponse !! ASA pour garde d’enfant réactivée jusqu’au 1er juin
Compte-rendu du CTM (comité technique ministériel) du 5 mai 2020 Partie 1, sur le déconfinement et la réouverture des écoles : quelques annonces concernant la responsabilité pénale, la garde d’enfants, etc...

6 MAI

Nos organisations syndicales SE UNSA, SNUIPP/FSU, SNUDI FO, SGEN CFDT, considèrent que les conditions pour la rentrée des classes le 11 mai ne sont pas réunies.
Une reprise des cours ne sera possible que lorsque les conditions humaines, sanitaires, matérielles seront réunies, ce qui est loin d’être le cas dans l’état actuel de la situation.
La réouverture des écoles doit par conséquent être suspendue partout à la mise en place des garanties sanitaires indispensables, et à une organisation pédagogique acceptable.
Cela demande du temps. A ce stade, le 11 mai, c’est NON ! La responsabilité est grande.
La santé doit primer.


Si nous souhaitons tous un retour à la normale, force est de constater que les contraintes imposées par le PROTOCOLE SANITAIRE fait porter sur les directrices et directeurs et les adjoints la lourde responsabilité de sa mise en œuvre. 
Le retour des élèves ne peut être que progressif dans le temps et doit s’organiser sans pression ni injonction, dans le respect d’exigences sanitaires pour tous, enseignants comme élèves, exigences que les personnels doivent être en mesure de mettre en oeuvre tant d’un point de vue sanitaires que pédagogiques.  
La tâche est immense.

Pour vous soutenir, vous accompagner dans cette période difficile, notre intersyndicale vous invite à utiliser, si nécessaire, les outils suivants :

  • motion CM
  • fiches SST
  • saisines CHSCT
  • droit d’alerte / droit de retrait

LA SUITE EN CLIQUANT : Intersyndicale Savoie - reprise le 11 mai, c’est NON !

A l’issue du CTM du mardi 5/05, le ministre en réponse aux interrogations du SNUipp-FSU a indiqué que les ASA pour garde d’enfants sont réactivées pour la période du 11 mai au 2 juin. ASA pour garde d’enfant réactivée jusqu’au 1er juin

5 MAI

SONDAGE Réouverture des écoles le 11 mai : résultats et analyse.
426 enseignants du 1er degré répondent à un sondage du SNUipp-FSU 73 sur la réouverture des écoles à partir du 11 mai.
Principaux enseignements :
=> Jamais un sondage n’a eu un retour aussi massif et rapide au SNUipp-FSU 73. Le besoin de se faire entendre est immense.
=> Cette date imposée du 11 mai est beaucoup trop précipitée et n’est pas du tout en phase avec la réalité de nos écoles savoyardes.
=>La confiance au sein de l’éducation nationale n’existe que dans les décrets ; la réalité est toute autre. => Les enseignants partagent l’avis du Conseil Scientifique sur la non réou- verture des écoles avant les vacances d’été. L’angoisse est bien réelle.

CLIQUER !SONDAGE Réouverture des écoles le 11 mai : résultats et analyse

Suite à des questions urgentes adressées par le SNUipp-FSU 73 au DASEN le 4 mai, l’IA a souhaité avoir un nouveau temps d’échanges avec les organisations syndicales. Il a eu lieu lundi à 16h00.
Malgré ce nouvel échange, de nombreuses interrogations restent en suspens, ou certaines réponses demandent à être précisées.
Cliquez, pour lire le compte-rendu / les réponses apportées par l’IA : Point d’infos du 4 mai sur la « reprise » IA / organisations syndicales - compte-rendu

4 MAI

Le SNUipp-FSU 73 s’est adressé en urgence à l’IA sur les questions ci-dessous ; on vous tient informé.e.s !

"Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
De nombreuses questions sont restées en suspens depuis le 30 avril.
Pourtant, certaines appellent des réponses le plus rapidement possible, car elles cristallisent l’angoisse de nombreux collègues, leurs sollicitations quotidiennes en sont le témoin. Vous est-il possible de nous donner des indications plus précises sur les points suivants :

- quel est le circuit / schéma exact et précis de décision ? Conseil d’école ? Autre ? Proposition d’organisation par l’équipe pédagogique à l’IEN puis validation par vous-même ?
Pour nous, en absence de réponse ce sera le conseil d’école, qui a l’avantage de réunir tous les partenaires, précisément la mairie, l’équipe enseignante, et les parents, directement concernés... mais qu’en est-il des autorités sanitaires, de l’ARS, dans ce "circuit" ? En tous les cas, il nous faut des précisions, ce n’est pas clair.

- quelle démarche exacte doivent faire les enseignants "à risques" (ou vivant avec une personne "à risques") : contacter le Dr Truc-Reverchon ? Leur IEN ? Leur médecin traitant ? Ce dernier + le médecin de prévention ? Autre ? Besoin d’une attestation ou d’un certificat médical ? Il n’y a plus de liste de référence dans le protocole définitif, sur quoi se baser pour savoir qui est "vulnérable" ou pas ? A voir au cas par cas avec le médecin (de prévention, de ville) ?

- qu’en est-il d’ASA pour garde d’enfants : en effet, qu’advient-il des enseignants dont les enfants ne seront pas accueillis dans leurs écoles ou établissements scolaires, ou accueillis "épisodiquement" (1 jour sur 2, autre)

- pour x raison ? Sera-t-il possible de prolonger ces ASA ? Quelle démarche ? Possibilité d’ASA pour les enseignants-parents qui ne souhaitent pas remettre leurs enfants à l’école ? Le "volontariat" des familles est-il un choix qui nous est laissé ?

- Si des personnels bénéficient d’une ASA (pour problème de santé ou garde d’enfants le cas échéant), ils ne sont pas en télétravail et ne font pas de "continuité pédagogique" à distance, nous sommes d’accord ?

- quels élèves doivent revenir prioritairement : par niveau (annonces du ministre du 21 avril) ? Tous niveaux confondus, charge aux équipes d’identifier qui doit revenir en premier (ce que nous ne souhaitons pas, cette "responsabilité" ne doit pas revenir aux équipes, il faut des indications et critères clairs de la part de l’institution) ? Enfants de soignants ? Enfants d’enseignants ?
Élèves "décrocheurs" : de qui s’agit-il, comment les fait-on revenir ? Or, c’est une des questions urgentes pour réfléchir à l’organisation de la reprise.
Les autres interrogations (cf mail du 29 avril) sont toujours d’actualité, mais si nous pouvions déjà en savoir plus sur les points ci-dessus, c’est essentiel."

Le 11 mai, c’est NON ! Concrètement, le SNUipp-FSU 73 vous conseille, vous accompagne... notre "protocole syndical" !(mis à jour le 2 mai).

C’EST ICI !

Le protocole sanitaire national pour la réouverture des écoles : vous trouverez sur notre site le protocole définitif, et quelques éléments d’infos complémentaires.

LES QUESTIONS COMPILÉES PAR LE SNUipp-FSU 73, ET LES (TENTATIVES) DE RÉPONSES SUITE A :





CLIQUEZ ICI
SONDAGE Réouverture des écoles le 11 mai

E.Macron a annoncé la réouverture des écoles à partir du lundi 11 mai. Les avis sont très partagés concernant cette date : conseil scientifique, partis politiques, fédérations de parents d’élèves, mairies ...Comme fréquemment, les premiers concernés, à savoir les enseignants, ne sont pas consultés. Le SNUipp-FSU corrige cet oubli en vous donnant la parole. Cette enquête individuelle s’adresse aux enseignants du 1er degré en poste dans le département de la Savoie. Elle prend moins d’1 minute !
A VOS CLAVIERS !

Réunion visio FSU – JM Blanquer le 29 avril - Compte-rendu

30 AVRIL

-*Allez, on spoile ! En résumé, tout est "en cours" : réflexion en cours, concertation en cours, consultation en cours, organisation en cours... C’est encore plus flou à la sortie.
Très peu de réponses concrètes aux multiples interrogations qui sont posées, et que vous nous avez fait remonter.
Beaucoup de choses vont reposer sur les équipes.
Visio IA / organisations syndicales "déconfinement et retour à l’école" - 30 avril - compte-rendu
  • Tableau des questions et (tentatives de) réponses : le SNUipp-FSU 73 avait compilé vos questions. Nous les avions fait parvenir à l’IA avant la visio de ce matin (30 avril).
    Peu de réponses précises, nous avons donc tenté d’éclaircir - si tant est que ce soit possible - votre lanterne (et la nôtre).
    Pour certaines questions, on vous renvoie au projet de protocole sanitaire. Attention : ce protocole a circulé officiellement aujourd’hui par le biais de l’IEN ASH. Pourtant, à ce jour, il reste à l’état de projet, non validé officiellement par le ministère !
    Consulter le tableau des questions/réponses

  • Nous avons attendu le président, puis le 1er ministre, puis J-M Blanquer et enfin notre DASEN en visio conférence le 30 avril. De trop nombreuses questions restent sans réponse !
    In fine, ce sont toujours les mêmes qui devront gérer ; les équipes pédagogiques, les directeurs et les enseignants.
    Le SNUipp-FSU dit STOP !
    Nous le disons depuis des semaines : le 11 mai, c’est trop prématuré !
    Nous avons besoin d’un cadre national de réouverture des écoles validé par les autorités scientifiques et médicales. Nous avons besoin d’un temps long pour engager un travail entre les enseignants, les parents et les élus pour le décliner localement et le soumettre à l’approbation des conseils d’école. Ce sont ces conditions qui doivent prévaloir pour organiser la rentrée, aucune pression ne doit être exercée.
    Servons-nous des 2 documents de référence établis par l’éducation nationale :
  • le protocole sanitaire (63 pages) du 29 avril (projet)
  • la « préparation de la sortie du confinement » (2 pages) du 29 avril également => On vous détaille tout ça sur notre site : Le 11 mai, c’est NON ! Concrètement, le SNUipp-FSU 73 vous conseille, vous accompagne... "protocole syndical" !

29 AVRIL

Le 11 mai, c’est non !

28 AVRIL

L’école le 11 mai, c’est clairement prématuré !

Lors de son discours devant la représentation nationale, le premier ministre n’a pas rassuré la communauté scolaire. Sans tenir compte de l’avis du conseil scientifique le gouvernement continue d’envisager une rentrée progressive dès le 11 mai pour les seules écoles et crèches. Un retour sur la base du volontariat des familles avec pour seule maigre protection sanitaire la distribution de masques aux personnels et des groupes de 15 élèves, alors que les rassemblements publics sont limités à 10 personnes.
Le SNUipp-FSU s’oppose à cette décision précipitée qui fait prendre de graves risques en terme de santé publique. Il faut acter que les écoles ne seront pas prêtes le 11 mai et que la sortie du confinement scolaire nécessite du temps.

Le communiqué du SNUipp-FSU - 28 avril

Au niveau départemental, une visio avec l’IA aura lieu jeudi 30 avril, de 9h à 11h.

27 AVRIL

Le SNUipp-FSU a déposé une alerte sociale (préalable à un dépôt de préavis de grève) pour la période du 11 mai au 4 juillet.

Lors de son allocution du 13 avril 2020, le Président de la République a déclaré « A partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées. »
Le 14 avril, le Président du Conseil de l’Ordre des Médecins affirme : « il n’y a pas d’explication médicale à déconfiner dans le milieu scolaire en premier ».
Le 24 avril, dans un note rendue publique par le Ministère de la Santé et des Solidarités, le Conseil scientifique Covid19 écrit qu’il « propose de maintenir les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités fermés jusqu’au mois de septembre » mais « qu’il prend acte de la décision politique de réouverture au 11 mai ».

La date du 11 mai est largement prématurée au regard de la capacité de maîtrise actuelle du risque sanitaire. En l’état actuel, il est nécessaire de reporter cette échéance.

26 AVRIL

A quoi sert de s’entourer d’un comité scientifique si son avis n’est pas pris en compte et que c’est une décision politique qui prévaut ? Sur quelle autre autorité médicale s’appuie donc cette décision politique ?

La FSU continue d’exiger des consignes sanitaires strictes pour protéger les collègues, les élèves et les familles. Dans l’immédiat, les garanties sanitaires ne sont pas satisfaites et les conditions ne sont pas réunies pour une réouverture le 11 mai.

Communiqué FSU https://fsu.fr/reouverture-des-ecoles-et-etablissements-scolaires-le-11-mai-une-decision-politique-au-doigt-mouille/

25 AVRIL

STOP cacophonie, on veut des garanties !
A propos de la reprise de l’école le 11 mai, on assiste au règne de l’incompétence, amateurisme, confusion... Blanquer un jour, Macron le lendemain, Philippe ensuite, ... beaucoup de paroles pour ne pas dire grand chose.

Il n’y a pas que les syndicats qui le disent ! La commission sénatoriale s’exprimant le 23 avril sur le reprise de l’école le 11 mai a pointé impréparation, manque de concertation, manque d’avis scientifique, ...

Syndicats, parents et enseignants apprennent sur les chaînes d’info en continu les décisions et contre-décisions qui s’accumulent, jour après jour.

C’est le bazar au plus haut sommet de l’Etat, la cacophonie la plus complète, et l’éducation nationale ne trouve rien de mieux à faire que d’exhorter ses troupes à se taire (cf PJ - cliquer dessus pour agrandir).

Quelle que soit la date qui sera effective, un certain nombre de conditions sanitaires devront être respectées. Seule la santé de toutes et tous doit guider le processus de déconfinement.
Stop cacophonie, on veut des garanties !

STOP cacophonie, on veut des garanties !

24 AVRIL

Réponse de l’IA aux avis émis par le CHSCT du 14 avril 2020
Vous trouverez sur notre site le communiqué de presse FSU sur ses propositions relatives au déconfinement et le courrier adressé au Premier ministre ce 24 avril sur ce même sujet.
Courrier FSU du 24 avril 2020 au Premier Ministre sur la reprise du 11 mai
La commission sénatoriale s’exprime sur le reprise de l’école le 11 mai : impréparation, manque de concertation, manque d’avis scientifique, ...
Tiens, il n’y a pas que les syndicats qui le disent !
A lire ici

22 AVRIL

=> Interview de Francette Popineau, porte parole du SNUipp-FSU, qui réagit aux pistes dévoilées par le ministre sur la reprise "progressive" des écoles à partir du 11 mai (durée 15 minutes) : sur L’Humanité
=> L’avis de Benoît Teste, secrétaire général de la FSU : "La volonté c’est de faire rentrer les élèves qui ne peuvent pas être gardés pour permettre la reprise de l’économie"sur France Info

21 AVRIL

Nous ne sommes évidemment pas opposés sur le principe d’un retour à l’école, mais la date du 11 mai et surtout les conditions sanitaires inquiètent à juste titre. Il s’agit donc de poser des exigences fermes et précises préalables à tout retour à l’école...

Comment comprendre que l’école reprenne à partir du 11 mai, alors que les lieux publics restent fermés ? Comment ne pas s’inquiéter avec près de 900.000 professeurs et 12 millions d’élèves concentrés au même endroit, avec des jeunes enfants qui ne maîtrisent pas les gestes barrières... L’objectif du gouvernement semble plutôt de permettre une "garde" des enfants pour que les parents puissent aller au travail, les priorités sont inversées : la santé de la population devrait passer avant les préoccupations économiques !

JM Blanquer a exposé ses "pistes de travail" lors d’une audition devant la commission culturelle de l’assemblée nationale ce jour. On fait le point.

Réouverture des écoles, 11 mai, toutes les infos...

JM Blanquer s’exprimait ce matin devant la commission culturelle de l’assemblée nationale.
  • Les classes de GS, CP et de CM2 reprendraient dès le #11mai.

  • Reprise dès le #11mai pour toutes les classes dont l’effectif est en dessous ou égal à 15, soit les CP et CE1 de REP et REP+.

  • Les classes de 6e et de 3e, 1ere et terminales le 18 mai.

  • Les autres classes reprendraient à partir du 25 mai, par groupes de 15 élèves maximum.

20 AVRIL

Lettre à M. Blanquer concernant les inquiétudes des personnels, parents d’élèves et élèves sur la reprise du 11 mai 2020 :

"Tout le monde souhaiterait pouvoir reprendre l’école et sortir d’une situation où l’ensemble des élèves subissent les conséquences de la crise et où les inégalités scolaires se creusent. Mais les conditions seront elles réunies à compter du 11 mai ? En prolongeant au delà de cette date la fermeture des cafés, restaurants, lieux de culture, etc., le Président de la République a lui même anticipé le maintien d’une situation de risque sanitaire nécessitant la poursuite de la plus grande vigilance." A LIRE ICI

17 AVRIL

Reprise le 11 mai : compte-rendu de la visio entre l’IA et les organisations syndicales - 17 avril
Le SNUipp-FSU s’adresse au ministre
Pas de réouverture sans garanties sanitaires : Dans son allocution du 13 avril dernier, le président de la république a annoncé la réouverture progressive des écoles le 11 mai. Alors que cette date n’est pour l’heure validée par aucune autorité sanitaire, le choix du gouvernement semble surtout guidé par la reprise de l’activité économique. Quelle que soit la date qui sera effective, un certain nombre de conditions sanitaires devront être respectées et le SNUipp-FSU en propose une liste.
Visio à 14h00 entre les organisations syndicales et l’IA-DASEN, pour évoquer la reprise annoncée à partir du 11 mai.
Aura-t-il plus d’éléments concrets qu’en début de semaine ? Nous en doutons.
(Cf ci-dessous compte-rendus CHSCT et audience avec JM Blanquer).

Pour autant, le SNUipp-FSU 73 a compilé ce matin et envoyé à l’IA les premières questions reçues, posées par les collègues. Elles sont variées, nombreuses, et sans doute pas exhaustives !
A titre informatif, voici donc les questions :
Collègue 1
Pour information, je travaille en école élémentaire :

- Au Danemark, le retour à l’école a eu lieu, dans les classes les élèves sont séparés de 2m, et chez nous qu’est-il prévu ?

- Dans les pays d’Asie, des protections ont été fixées sur les tables pour protéger les élèves entre eux et les adultes, et chez nous, aurons-nous droit aux mêmes protections ? (un peu comme dans les supermarchés, Lidl, entre autre)

- Les dernières études d’Asie indique que de plus en plus d’anciens malades guéris du covid sont, au bout d’1 mois, en train de rechuter et de ré-attraper le covid (émission du 14 avril sur France 5, « C’est dans l’air » animée par des médecins dont un médecin français à Wuhan)

- Plusieurs AESH (ex-AVS) travaillent dans les écoles, en tant qu’être humain, je refuse de les exposer car pour ces personnes la distanciation avec les élèves qu’ils accompagnent est strictement impossible : est-ce que quelqu’un à penser à cela ? ? ?

- Pour les personnels qui ne vivent pas à proximité de leur lieu de travail, si le déconfinement est progressif, est-il prévu une dérogation ? (c’est-à-dire que si l’on vit dans un département/une région qui ne sera pas déconfiné(e) mais l’école si, est-on obligé de revenir en apportant avec nous les risques de contamination ?)

- Concernant tous les personnels des écoles (enseignants, AVS, personnel municipalité) ayant de l’asthme, du diabète, étant en surpoids, ayant des maladies chroniques ou tout autre les prédisposant à avoir de graves séquelles s’ils venaient à contracter le covid, seront-ils exemptés de revenir en raison du danger imminent qu’ils courront ? ? ? Je pense à la santé des AVS avec qui je travaille et à qui je ne veux faire courir aucun risque.
- Quid des élèves avec les mêmes pathologies ? ? ?

- Comment fera-t-on si une reprise des élèves à mi-temps se met en place et que les familles nous les amènent quand même ? Parce que c’est ce qu’il se passera, déjà en temps normal, nous faisons garde-malade…et ils ne viennent pas les chercher, les familles ne se gênent pas pour le faire, ils ont toujours une bonne raison !

- De janvier à début mars, j’ai fait garde-malade parce que nous sommes une garderie gratuite, qu’en sera-t-il si des élèves qui viendront et qu’ils toussent ? Les symptômes du covid étant divers et variés, rien ne permettra en dehors d’un test (qui + est qui peut se révéler plusieurs fois négatifs, pensées pour la jeune de 16 ans qui est décédée du covid malgré les tests ! ! ! !) d’identifier avec certitude ce que l’enfant aura. Personnellement, je refuserai les élèves dans ma classe, et peu m’importe que ce n’est pas légal, la sécurité de la santé de tous prévaut, ils seront isolés dans le couloir, il est absolument hors de question que je fasse courir le moindre risque aux autres élèves, aux AESH, accessoirement à moi-même et bien évidemment tous nos proches avec qui nous vivons (1 contaminé peut en contaminer une centaine…)

- Le déconfinement n’est prévu que pour le 11 mai, il est bien entendu qu’aucun personnel ne pourra être obligé à revenir dans les écoles avant ?

- Ni après en cas de poursuite du déconfinement et tant que les écoles ne seront pas ré-ouvertes ? Les personnels peuvent fort bien préparer le retour à l’école grâce au moyen de visioconférence (ce n’est pas à nous, enseignants de nettoyer, préparer les salles, mais bien aux municipalités, il serait bon de faire un rappel sur ce point)

- Concernant tous nos élèves EBEP, si un retour à mi-temps est décidé, qui décidera du moment où ils seront présents à l’école ? Les enseignants travaillent pas groupe, ces groupes devront être respectés sinon ce ne sera que de la garderie…

- Par quel miracle, compte-on faire respecter aux enfants les gestes barrières ? ? ? ? ? ?

- Se laver les mains correctement et de manière efficace c’est 40 secondes par personne. Dans les écoles, il n’y a clairement pas assez de lavabos pour qu’une classe puis passer en respectant 1 m de distanciation entre chaque élèves (devant, derrière et sur les côtés), ce qui (je prends pour exemple l’école où je suis), seuls 5 élèves pourront passer en même temps. Il faudra donc un minimum de 5 minutes pour qu’une classe se lave les mains c’est-à-dire qu’une école avec 10 classes mettra 50 minutes, presque 1h pour que tous les élèves puissent se laver les mains avant d’entrer en classe et de toucher à quoi que ce soit qui pourrait contaminer enseignant, AVS, élèves ! Est-ce que quelqu’un a pensé à cela ? La solution du gel hydroalcoolique est plus rapide mais c’est fortement déconseillé aux enfants à cause des produits contenus. Sans compter qu’en temps normal, il n’y a jamais assez de savon et encore moins d’essuie-main…

- Les enseignants seraient équipés de masque, fort bien mais comment les élèves qui apprennent à lire vont-ils faire pour percevoir correctement les sons ? J’ai une élève sourde d’une oreille qui lit sur les lèvres, comment fera-t-elle ?

- Le covid peut rester 5 jours sur le papier, il est bien évident que je ne toucherai ni au cahier ni tout support que mes élèves toucheront, donc plus de correction, quelqu’un a-t-il pensé à ce très léger détail ?

- Faut-il également rappeler que malgré le port des masques, des gants, des blouses et des gestes barrières, de nombreux soignants sont décédés tout âge confondu ? Ici, une soignante a rapporté le covid avec elle, sa petite fille de 2 ans l’a contracté, elle est à l’hôpital depuis 2 semaines…

- Que par ailleurs, cette pseudo « immunisation de masse » doit-on rappeler que c’est un leurre ? Sinon à quoi sert donc les vaccins que nous faisons dès que nous naissons, avec des rappels, laissons donc la variole, la coqueluche circulée pour créer une immunité collective… nous pourrons compter nos morts…

- La question qui me taraude le + : pourquoi les écoles qui comptent des centaines de personnes dans des espaces restreints ne permettant aucune distanciation sociale vont ré-ouvrir alors que les salles de restaurants, les cinémas permettant de mettre en place facilement la distanciation sociale, eux vont rester fermer ? Peut-avoir une explication logique claire et précise ? Les écoles sont de véritables moulins (personnel de la municipalité, enseignants, AESH, sessad, taxis, allées et venues des parents pour diverses raisons, psy, rased, etc)

- Et enfin, que le tout premier décédé du covid était un collègue qui n’avait ni participer à un grand rassemblement ni voyager, il avait juste enseigné à ses élèves, comme d’habitude, des collégiens…
Merci également, si vous le pouvez, de faire remonter toutes ces questions.

Collègue 2 :
Pour reprendre l’école en gardant une certaine forme d’humanité , serait-il possible de demander des visières transparentes plutôt que des masques pour les personnels : cet équipement permettrait de "respirer" plus facilement, de garder un contact visuel avec le visage de l’enseignant, de se protéger des éternuements et projections en tout genre , de nettoyer facilement plusieurs fois par jour la visière ?

Collègue 3 :
J’ai reçu un message de mon IEN disant que les enseignants devaient retourner à l’école le mardi 12 mai et éventuellement le mercredi 13 et jeudi 14 mai. Les enfants rentreraient eux le 15 si les services périscolaires sont en place. Peut-il imposer une date de rentree ? J’ai un enfant de 5 ans. Est-ce que je dois reprendre comme les autres si mon enfant ne va pas à l’école tout de suite ? Quelle position adopter ?

Collègue 4 (AESH) :
AESH on est les oubliés car nous sommes a proximité des élèves dont on s’occupe on est avec eux on prend leur cahier on leur fait les déplacements, deambulateur, chaise roulante etc... moi je ne trouve pas normal qu’on nous demande d ’aller à l’école le 11 mai je ne me vois pas rentrer, la santé avant tout.

Collègue 5 (AESH) :
Pour les AESH ça va marcher comment ? car nous y’ a pas de geste barrière, nos élèves y’a le déplacement, prendre les cours, toucher et prendre leur manuel ? on est près d’ eux pour les aider, comment doit on procéder ?

Collègue 6 :
On acceptera aussi les enseignants qui ont eu le virus ? Faudra t- il tester les enfants ? Que fera t -on si un enfant vient à l ’école et qui a eu un contact avec une personne contaminée ? Les annonces sont surréalistes . Est ce que l ’on portera un masque en maternelle ou ailleurs ?

16 AVRIL

Vous trouverez sur le site un compte rendu de l’audience FSU, notre fédération syndicale, du 14 avril avec JM Blanquer, portant sur l’annonce de reprise progressive le 11 mai.

CR Audience éducation 14 avril entre la FSU et JM Blanquer

15 AVRIL

Réactions aux annonces du président dans le DL : DL 15 04 20 FSU DL 15 04 20 snuipp 73

Et aussi : Communiqué FSU suite aux annonces du Président de la République du 13 avril|

Retour sur le CHSCT départemental du 14 avril : Retour sur le CHSCT départemental du 14 avril Le prochain est programmé le 7 mai, pour envisager la "reprise"...

14 AVRIL

"Vacances apprenantes", c’est NON ! Pas de stages pendant les vacances de printemps.
Les enseignant·es que nous sommes, bien conscient·es de la situation exceptionnelle dans laquelle nous nous trouvons, n’ont pas attendu le message du ministre pour se questionner sur les prochaines vacances.

Bien évidemment, ce sont les vacances et chacun·e a droit et besoin de repos : enfants et enseignant·es mais aussi parents qui assurent un rôle qui n’est pas le leur en ce moment. Ce ne seront pas des vacances ordinaires. Pour personne !

Au fur et à mesure des semaines écoulées, nous constatons que la motivation des élèves décline. Laissons-les souffler, eux et leur famille, pendant les quinze jours de vacances scolaires.

Dans ce contexte, le SNUipp-FSU 73 donne pour consigne de ne pas répondre à la proposition de se porter volontaires pour 6h de soutien pendant les vacances.

- le courrier adressé à l’IA-DASEN : http://73.snuipp.fr/IMG/pdf/courrier_IA_stages_vacances.pdf

13 avril

Le SNUipp-FSU 73 prend acte des annonces du Président. Son allocution soulève toutefois de nombreuses questions… Un retour à l’école qui soulève doutes et inquiétudes... Communiqué du SNUipp-FSU 73

8 AVRIL

Témoigner pendant le confinement

Dans cette période si particulière qu’implique le confinement, le SNUipp-FSU invite les enseignantes et les enseignantes à témoigner de leur quotidien.
L’école vit une situation exceptionnelle à tout point de vue. Enseignements à distance et maintien d’un lien scolaire mis en place dans l’urgence, relation aux élèves et aux familles modifiée, technologies d’information et de communication utilisées et investies plus ou moins facilement. Dans le même temps, il a fallu s’organiser pour accueillir les enfants des personnels soignants. La période montre les capacités de création, d’innovation, d’adaptation et d’expérimentation de la profession. Mais elle montre aussi les limites fortes d’un enseignement à distance notamment pour des enfants qui n’ont pas à disposition les conditions matérielles nécessaires ou encore l’accompagnement voire la disponibilité de l’environnement familial.
C’est un moment important de l’histoire de notre école et le SNUipp-FSU propose de faire part de son expérience sur son « observatoire du métier enseignant ». Prendre le temps du témoignage, du recul et de l’analyse et participer ainsi à enrichir la réflexion collective sur l’évolution du métier.

Aller dans l’observatoire

Ce tweet envoyé en début de soirée par l’IA 73 serait-il une réponse indirecte à notre interpellation d’hier soir ?! (à relire ci-dessous).
Si oui, comment l’analyser ? signal-2020-04-08-184802

7 AVRIL

Alerte : discordance d’IEN quant à la "continuité pédagogique" : le SNUipp-FSU 73 s’adresse à l’IA-DASEN :

"Monsieur l’IA-DASEN,

Lors du CTsD du 24 mars, vous nous assuriez que le message passé dans notre département quant à la continuité pédagogique était de ne "pas faire de pression ni sur les personnels ni sur les élèves".
Vous confirmiez ce message le même jour, aussi bien par un entretien téléphonique avec une des co- secrétaires départementales du SNUipp-FSU (pendant lequel vous nous demandiez d’ailleurs de vous signaler toute pression que des collègues nous feraient remonter) que par un courriel au secrétaire départemental de la FSU dans lequel vous rappeliez que "la confiance et la bienveillance guident l’ensemble des relations avec les enseignants et les directeurs d’école." La tonalité de ce discours s’est confirmée lors de tous les échanges que nous avons eus depuis le début de cette période difficile, et nous vous en savons gré.

Or, en ce début de 4ème semaine de confinement, les enseignants de plusieurs circonscriptions nous font part de messages émanant de leur IEN, qu’ils ressentent comme de la pression.

En effet, hier, les TRB/TRZIL de la circonscription de Chambéry 1 ont reçu un courriel de leur inspection. Non pas pour prendre de leurs nouvelles, pour s’inquiéter de leur état de santé, ce qui aurait été apprécié. Non, ce courriel demandait simplement : "pourriez-vous nous indiquer la façon dont vous vous insérer dans les différents dispositifs de continuité pédagogique ?"
Quel est l’intérêt de cette simple demande, si ce n’est une volonté , déplacée, de contrôler l’activité des TRB ? La confiance n’est visiblement pas de mise dans la circonscription de Chambéry 1.
Nos collègues auraient apprécié, à l’inverse, une réponse de leur hiérarchie de proximité quant au piratage des sessions de visio conférence, surtout quand cela implique qu’un individu s’adonnant à la masturbation prenne le contrôle de la session. La sécurité des visio est clairement non assurée, et c’est un sujet sans nul doute bien plus préoccupant.

Le même jour, l’ensemble des enseignants de la circonscription d’Aix-les-Bains ont reçu des préconisations de leur IEN, dont celles-ci :
"Afin d’ajuster (ou réajuster) votre action en vue de la quatrième semaine, je tiens à porter à votre connaissance quelques informations générales :

  • Dans le cadre d’une continuité pédagogique d’une durée limitée dans le temps, les progressions annuelles n’ont pas vocation à être bouleversées outre mesure. Cette continuité est destinée à s’assurer que les élèves poursuivent des activités scolaires leur permettant de progresser dans leurs apprentissages.
  • Il convient que le travail demandé soit régulier. Pour ce faire, je vous recommande de communiquer le travail par mail (ou autre moyen de communication) chaque matin pour maintenir un lien journalier avec les familles."

    Nous nous interrogeons sur la demande formulée de contacter les familles chaque matin. C’est une forme de pression intolérable aussi bien envers les enseignants qu’envers les familles, alors qu’après 3 semaines de confinement, tout le monde commence enfin à trouver un rythme de croisière avec une régularité d’échanges construite au sein de chaque école, de chaque classe. Où est la confiance envers les acteurs de terrain quand on lit cette demande complètement hors sol ?

Enfin, la première préconisation est totalement contradictoire avec les réalités du terrain. Comment est-il possible qu’un IEN, ayant, en principe, une certaine expertise pédagogique, puisse affirmer que 5 semaines d’interruption (a minima : nous ne savons pas quand nous reprendrons l’école en mai ... ou juin...) ne constitue qu’une "durée limitée dans le temps" qui ne puisse justifier une adaptation des progressions annuelles ? Tout cela est bien éloigné de la réalité d’une classe.
Le discours ambigu, à tous les niveaux de la hiérarchie de l’Education Nationale, sur la question de la "continuité pédagogique", amène à ce genre de consignes absurdes dont souffrent nos collègues sur le terrain. Il serait plus que temps de clarifier une bonne fois pour toutes cette question : nous ne pouvons pas avancer dans les programmes dans les conditions actuelles de confinement. Nous laisserions trop d’élèves au bord du chemin. L’objectif de la continuité pédagogique doit être de maintenir un lien social avec l’école, d’essayer autant que possible de consolider les acquis. Chaque école, chaque enseignant, s’adapte au mieux avec les moyens du bord, déploie toute l’énergie à disposition, pour maintenir ce lien social. Recevoir de telles injonctions de sa hiérarchie est incompréhensible et tellement démotivant !

Ainsi, M. l’IA-DASEN, nous nous permettons de demander une clarification de votre positionnement quant à la "confiance" accordée aux équipes enseignantes et à la "bienveillance" qui leur est due ainsi qu’aux familles. Et si ce positionnement a toujours vocation à être porté partout en Savoie, nous demandons à ce que chaque IEN, dans chaque circonscription, s’y conforme. À tout le moins, nous attendons que soit faite une clarification quant aux deux messages cités ci-dessus, et qu’elle soit adressée directement à tous les destinataires du message initial.

Soyez assuré de notre profond engagement pour le service public de l’éducation.
Sarah Hamoudi-Wilkowsky et Natacha Mateo-Thibault,
co-secrétaires départementales du SNUipp-FSU Savoie

Face à l’urgence sanitaire, des mesures de rupture sont nécessaires. A la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », les signataires de cette pétition - dont la FSU - demandent au gouvernement de prendre immédiatement 4 mesures :

EN SAVOIR PLUS ET SIGNER : https://fsu.fr/petition-plus-jamais-ca-construisons-ensemble-le-jour-dapres-2/

En pleine crise sanitaire, la place du service public n’est plus à justifier... La FSU consacre un numéro de sa revue POUR à cette situation inédite :

https://fsu.fr/wp-content/uploads/2020/04/POUR-223-PDF-BD-LAURA.pdf

6 AVRIL

Dans cette période particulière, parfois anxiogène et stressante, n’hésitez pas à vous saisir des registres de santé et sécurité au travail (RSST), afin d’alerter notre employeur sur les risques professionnels encourus, que les conséquences soient existantes ou projetées.
EN SAVOIR PLUS :Risques professionnels durant le confinement : se saisir du registre Santé et Sécurité au travail !
A propos du versement des payes :
La paye de l’ensemble des personnels est sécurisée, il n’y aura pas d’interruption de versement. La note prévoie une procédure dérogatoire pour la paye d’avril, déclinée ci-après, et le cas échéant pour les mois suivants, durant la période d’état d’urgence sanitaire :
  • pour les agent-es en poste (fonctionnaires et contractuel-les) :
    • l’’ensemble des éléments de paye seront versés à l’identique de mars 2020 (traitement indiciaire, supplément familial de traitement, indemnité de résidence, BI, NBI...), auxquels s’ajouteront les indemnités permanentes (ISAE, indemnité REP/REP+, direction, HSA, etc...),
    • le paiement des indemnités non permanentes (ISSR, HSE...) ainsi que les retenues pour faits de grève sont suspendues et seront régularisées ultérieurement,
    • pas de jour de carence entre le 24/03/20 et la fin de l’état d’urgence sanitaire.
      Tout changement de situation personnelle (nouvel échelon, nouveau montant SFT, changements de coordonnées bancaires...) sera régularisé ultérieurement, après retour à la normale. Idem pour les personnels qui seraient radié-es des cadres à partir d’avril (ex départ en retraite limite d’âge), et qui de ce fait pourraient se voir réclamer un trop perçu.

  • pour les personnels nouvellement recruté-es ou prolongé-es (contractuel-les) ou réintégré-es (retour de congé parental, de disponibilité...) :
    • la procédure de demande d’acompte mise en place en mars, qui peut aller jusqu’à 100% de la rémunération nette est reconduite. Ces acomptes donneront lieu à une régularisation ultérieure.
A propos des autorisations spéciales d’absence (ASA) pour garde d’enfants de moins de 16 ans : ces autorisations spéciales d’absence sont caduques et ne seront pas exploitées.
En cette période de confinement, l’ensemble des personnels sont considérés comme télétravaillant.
Dans la mesure où ces ASA ne seront pas exploitées, il n’est pas nécessaire que l’administration produise de document complémentaire.
Classes de découverte, pour information, analyse de l’état des textes actuel :
En la matière, il y a ce que nous pensons d’une situation à un moment donné, sa faisabilité supposée et la réalité réglementaire et contractuelle. Pour annuler un engagement sans que des frais y soient associés, il faut pouvoir évoquer une raison contractuelle (interne au contrat) ou une raison réglementaire (externe au contrat et de portée générale). Il faut donc bien relire le contrat !
Pour le reste :
Actuellement, le seul point d’appui en la matière reste les instruction du gouvernement et du ministère.
En l’occurrence la FAQ qui a valeur de circulaire indique dans sa version du 31/03/20 : "Faut-il reporter les mobilités futures à l’étranger et sur le territoire national ? Toutes les mobilités planifiées (mobilités individuelles et collectives d’élèves et de personnels, voyages scolaires, formations, stages,…), quelle que soit la destination, doivent être reportées jusqu’à nouvel ordre."
Les mots ont de l’importance, on parle de devoir reporter, pas d’annuler !
Plus ambigu encore, le ministère n’indique pas de bornage daté sur les séjours à reporter. A ce jour, les séjours qui devaient se dérouler après le 15 avril doivent potentiellement se dérouler et toute annulation de l’école induit dédommagement prévu par le contrat. Tel est le vide juridique créé par le ministère qui permet à l’organisme d’affirmer qu’il y aura des frais de 15 000 € pour une annulation qui aujourd’hui peut-être juridiquement considérée de "convenance" et n’entrant pas dans les raisons de ruptures de contrat sans facturation.
Pour les séjours, qui auraient dûs se dérouler depuis le 12 mars et jusqu’au 15 avril (ce qui en cas de prolongation du confinement serait le cas du séjour en question), le ministère parle de report et plus loin : "Qu’en est-il du remboursement des voyages scolaires annulés ? Les familles seront remboursées des sommes avancées au titre des voyages annulés."
Le ministère pour cette question parle de "voyages annulés", c’est la première fois qu’il emploie ce terme, et dès lors il impose le "remboursement aux familles" ce qui semble légitime. Mais ce n’est pas sans poser des questions. En effet, si le contrat de réservation indique qu’en cas de non réalisation aux dates prévues pour une cause extérieure à l’organisateur, de nouvelles dates seront proposées. On en déduit que l’annulation n’est pas prévue et que le séjour devra avoir lieu. L’organisme n’a pas de contrat avec les parents mais avec : l’école, l’Occe, sou des école, parfois la mairie, ce contrat est régi par le droit privé. Cela induit que sauf à ce que l’organisme accepte l’annulation, il peut y compris, si le contrat le prévoit, proposer de nouvelles dates pour l’an prochain* !
En clair, le ministère est inconséquent et incohérent dans les réponses qu’il donne dans la FAQ (qui est publique) en n’abordant jamais clairement la notion "d’annulation par l’école", puisqu’il parle de report de séjour. Lorsqu’il aborde cette notion (annulation) il impose le remboursement mais n’indique pas qui est l’auteur de l’annulation !
Sans doute les semaines à venir vont-elles voir une clarification de la situation mais il n’est pas certain que cela n’aboutisse pas à de véritable imbroglios juridique. On peut toujours espérer que le ministère prenne la mesure de cette question et décrète "l’annulation" de tous les séjours avec la création d’un fond d’indemnisation pour prendre en charge les frais induits.

*actuellement en matière d’agence de voyages, ces ont des reports qui sont proposés et parfois même à des dates contraintes, ce qui alors que les congés posés ont du être pris pourrait aboutir à la perte totale de coût du séjour . C’est une analogie qui prend force en l’absence de textes spécifiques contraires.

Tel est l’état actuel des textes en matière de faisabilité de séjour.

3 AVRIL

Un CHSCT académique s’est tenu aujourd’hui. Bref compte-rendu du CHSCT académique sur la situation actuelle
Et les classes de découverte ?

On récapitule :

  • Le 13 mars en réunion "de crise", l’IA nous a annoncé qu’il fallait annuler tous les séjours jusqu’à la fin de l’année scolaire.
  • Par la suite, nous avons été amenés à le questionner de nouveau, parce qu’il est question de frais/pénalités s’il y a annulation ; l’IA nous a répondu cette fois qu’il ne se souvenait pas avoir été aussi catégorique le 13 mars, que les séjours étaient annulés jusqu’en avril, mais qu’il ne voyait pas de toutes façons comment les séjours de mai ou juin pourraient se tenir.
  • Début avril, des écoles ont interrogé l’ASCD, leur IEN : pour l’ASCD, les écoles sont libres d’annuler ou non leur séjour scolaire. Cependant s’agissant d’un séjour en juin, cela leur parait prématuré et il serait peut-être plus opportun selon eux d’attendre au moins la mi-avril avant de prendre une décision. Il y aura tôt ou tard une position ministérielle qui règlera le problème. Si d’ici juin l’annulation recouvrait le droit commun, c’est en effet le code du Tourisme qui s’appliquerait, et l’ASCD ne pourrait que répercuter sur l’école les pénalités d’annulation que lui factureraient les centres aujourd’hui placés dans une situation économique très difficile.
    L’IEN appuie la réponse de l’ASCD, et précise que la rectrice a été questionnée au sujet du maintien des classes de découvertes en cette fin d’année scolaire mais réserve sa réponse en attendant des consignes ministérielles qui vous permettraient de récupérer une partie au moins des sommes engagées.
  • Dernière réponse en date de l’IA ce matin (3 avril) : " J’ai relancé le questionnement avec mes collègues DASEN et la rectrice. Plusieurs sont moins pessimistes que moi. J’espère que nous pourrons définir prochainement un protocole, peut-être pour le maintien des classes prévues à partir de la dernière semaine de mai. Sans aucune garantie. "

Bref, nous ne sommes pas beaucoup plus avancés à ce stade. Le SNUipp-FSU 73 continue d’avancer sur ce dossier, et vous tiendra au courant au fur et à mesure des évolutions. Puisqu’il est question de consignes ministérielles, nous avons également mis notre syndicat national sur la question.

2 AVRIL

Compte-rendu rapide de la visioconférence avec la rectrice : Visioconférence 1er avril avec la rectrice - bref compte-rendu

On pourra retenir :

  • Cet accueil va être élargi, « dans la mesure du possible, et sur volontariat » aux enfants des forces de l’ordre, à condition qu’ils déclarent sur l’honneur qu’il n’existe aucun autre moyen de garde (ce qui a également été confirmé par la DGRH, lire Compte-rendu de la visioconférence entre le SNUipp-FSU et la DGRH )

  • Pour les ressources papier, une convention vient d’être passée avec la poste. Les enseignants enverront directement à une plateforme qui imprime et distribue et réachemine via enveloppe T.

  • Ce qui importe, c’est que les élèves conservent le lien à l’école. Tout sera adapté à la reprise. « on se fiche du programme »

  • « Je ne veux pas que les élèves ni les profs se rendent malades. ». Si un prof n’y arrive pas pendant 2 jours, il se repose et revient le 3ème jour ». Être à l’écoute de soi d’abord, pour être en capacité d’écouter les autres.

  • système d’écoute psychologique pour les personnels avec des personnes formées à cette écoute qui répondent et des membres de la MGEN
Une visioconférence avec la DGRH a été l’occasion pour le SNUipp-FSU de (re)poser un certain nombre de questions à propos desquelles les collègues nous interrogent régulièrement.
Nous rendons compte des réponses en les regroupant par thématiques.

A lire sur Compte-rendu de la visioconférence entre le SNUipp-FSU et la DGRH

Ce faisant, la DGRH apporte des réponses à des questions que le SNUipp-FSU 73 avait posé à l’IA (couverture et reconnaissance envisagée pour les enseignants volontaires pour accueillir les enfants des personnels soignants, recensement des cas de COVID-19 chez les enseignants).

1er AVRIL

Tous les élèves ont besoin de vacances : L’ensemble des organisations syndicales et la FCPE adressent un courrier au ministre pour dénoncer la mise en place d’un programme de soutien scolaire à distance pendant les vacances et lui demande d’affirmer clairement aux équipes enseignantes comme aux familles, que les vacances scolaires doivent être un temps de repos et de coupure et de leur faire confiance pour maintenir le lien éducatif.

Alors que la période de confinement révèle et exacerbe encore davantage les inégalités sociales et scolaires, le ministre propose de diviser les élèves en deux catégories, celles et ceux qui auraient besoin de se reposer et celles et ceux qui auraient besoin de remédiation.
Les organisations réunies pour l’occasion rappellent que l’heure est à prendre soin de sa santé sans ajouter de la culpabilité, et appellent le ministre à cesser sur le temps présent de multiplier les messages.
Enfin, le courrier indique que si le lien éducatif a été maintenu avec les élèves dans la période de confinement, le fonctionnement normal de l’école s’est arrêté le 13 mars et à la reprise, tous les éléments de programme seront repris en tenant compte de ce temps suspendu : c’est cela qui constituera la continuité des apprentissages due à tous les élèves.
Lire le courrier

31 MARS

Elèves non francophones - traductions attestations dérogations de sortie :
Si vous êtes en contact avec des familles non-francophones ou en difficulté de compréhension en ayant besoin, on trouve sur le net des traductions dans toutes les langues des attestations dérogatoires de sortie, obligatoires sous peine d’amende comme vous le savez. On trouve cela sur des sites militants comme par exemple :

- https://labaf.org/index.php/presentation/attestations-deplacement/

- https://paris-luttes.info/traductions-de-la-nouvelle-13675

- https://www.facebook.com/CEDRE.SCCF
L’IA-DASEN nous informait hier matin, par téléphone, que le ministère organise une distribution de masques de protection pour les enseignants accueillant les enfants des personnels soignants (relire ci-dessous).
Dont acte. C’est, entres autres, ce que le SNUipp-FSU demande au niveau local comme national (lire le courrier du SNUipp-FSU au ministre).

Pour autant, cela suffira-t-il à endiguer les inquiétudes, légitimes ? Le SNUipp-FSU 73 a plusieurs fois interrogé l’IA-DASEN sur cette question, ce fut encore le cas en fin de semaine dernière. Il prépare une réponse écrite à nos interpellations, nous a-t-il dit hier matin.
Le SNUipp-FSU Savoie, toujours en lien avec la profession et le terrain, a mené l’enquête auprès des écoles et collègues concernés. Les retours sont préoccupants : voici un "verbatim" des retours reçus. Nous les avons transmis aujourd’hui à l’IA d’une part, aux membres du CHSCT d’autre part.
A LIRE ICI

30 MARS

L’IA-DASEN vient de nous informer, par téléphone, que le ministère organise une distribution de masques de protection pour les enseignants accueillant les enfants des personnels soignants.
Il prépare par ailleurs une réponse écrite à nos interrogations de la fin de semaine dernière (à lire ci-dessous au 26 mars).

29 MARS

Le SNUipp-FSU lance son site dédié à la situation de crise sanitaire : le SNUipp-FSU a mis en place une Foire Aux Questions suite aux nombreuses sollicitations dues, pour partie, aux incohérences à tous les niveaux hiérarchiques.

Cette FAQ a pour objectif d’apporter des réponses administratives et syndicales : elle est amenée à s’enrichir en fonction des problématiques rencontrées sur le terrain et des évolutions liées à la gestion de la crise.

COVID-19 : le site du SNUipp-FSU

28 MARS

Annonce du 1er ministre. Confinement prolongé jusqu’au 15 avril.

27 MARS

Deux semaines après la fermeture des écoles et la mise en place de l’accueil des enfants de personnels soignants, les médias s’intéressent enfin à ce qui se passe dans les écoles, et aux enseignant.e.s, eux aussi en première ligne !
PDF - 153.8 ko
DL 27 03 20 page 6 - crise covid-19 écoles

26 MARS

GESTION DE LA CRISE - QUESTIONS DU 26 MARS A L’IA PAR LE SNUipp-FSU 73 :

- A propos de l’accueil des enfants de soignants :
Nous souhaitons un point précis sur cet accueil :

  • quand commencera l’accueil les mercredis, samedis et dimanches ? A-t-il déjà commencé à certains endroits ? Où ça ? Avec quels personnels (éducation nationale : enseignants, administratifs, corps d’inspection... ; personnel territorial ; autre) ?
  • vous avez indiqué lors du CTsD qu’il y avait, à la date du 24 mars, 150 enfants accueillis et 87 adultes volontaires pour encadrer (dont 86 enseignants du 1er degré) ; des écoles site d’accueil sont en fait "vides" : peut-on avoir des informations plus précises : quelles écoles accueillent effectivement des élèves, combien d’enfants dans chaque école, lesquelles sont "vides"... ; dans certaines, les mairies ont pris en charge d’équiper de gel + masques. Pourquoi, finalement, est-ce possible pour certaines collectivités, notamment sur la question des masques ?
  • les témoignages de nos collègues volontaires sont inquiétants : les protocoles pour l’accueil et la mise en place des gestes barrières sont absents ou non réalisables (les préconisations du Dr Garino-Legrand méconnaissent les écoles et leur fonctionnement) ; il est donc illusoire de penser que l’accueil des enfants du personnel soignant se passe dans les meilleures conditions possibles, avec respect des gestes barrière et de "distanciation sociale". Il n’y a parfois aucune consigne pour les personnels du périscolaire.
    Les parents vont et viennent, certains "abusent" de ce service (exemple d’une maman qui vient chercher sa fille à midi puis repart sans elle et la laisse une 1/2 journée supplémentaire parce que cette dernière voulait pique-niquer avec les autres copains...).
    Nos collègues nous disent être catastrophés, avoir l’impression d’aller au front", et de " faire plus de mal que de bien en y allant".
    Ces écoles sont des foyers de contagion, surtout dans ces conditions, et cela va vite poser problème.
    Les enseignants qui gèrent cet accueil font de leur mieux, avec les moyens dont ils disposent. Le temps passant, et le pic d’épidémie s’annonçant, il risque de se produire une perte de volontaires tandis que le nombre d’enfants à accueillir va augmenter.
    S’il se produit une démobilisation / démotivation des enseignants, comment ferez-vous ? Réquisitions ?
  • il y a une attente des enseignants vis à vis de leur hiérarchie. Les IEN ne viennent pas sur le terrain, ne passent pas dans les écoles, ne demandent pas comment ça se passe ? A part envoyer moultes pièces jointes dans leurs mails quotidiens, que font-ils ? Dans certains départements, les IEN sont volontaires également pour participer à la solidarité et accueillir ces enfants, la profession attend un peu plus d’implication de notre hiérarchie. D’autant plus après les propos scandaleux de la porte-parole du gouvernement hier.
  • quand ferez-vous un premier bilan de la contamination par le covid-19 chez les enseignants ? On nous signale au moins 2 cas en Combe de Savoie ; plutôt que de laisser courir des rumeurs, nous pensons judicieux, et normal, que la DSDEN fasse un point et le rende public.
    A ce sujet, on se permet de vous signaler la lecture des deux articles suivants :

- Concernant l’attestation de garde enfants moins de 16 ans : comment cela se passe-t-il en vue de sa prolongation ? Le maximum autorisé était-il fixé à 14 jours ou l’attestation donnée à remplir le lundi 16 mars court-elle jusqu’à la reprise des écoles ?
Dans le privé, les employeurs, en lien avec la sécurité sociale, interrogent leurs salariés pour prolonger cet arrêt pour garde d’enfants de 3 semaines ; quid des enseignants ?
Comment cela se passe-t-il pour faire basculer les droits sur le.la conjoint.e ? Les deux parents ne peuvent pas bénéficier tous les deux en même temps d’une telle attestation.
Ainsi, si l’attestation remplie le 16 mars prend fin au bout de 14 jours, chacun.e peut gérer et un.e conjoint.e peut prendre le relais à compter du 30 mars.

Si l’attestation court jusqu’à la reprise de l’école, est-il possible d’y mettre un terme pour basculer les droits sur son conjoint ?

- A propos de la rémunération : suite au courrier reçu par les enseignants sur leur boîte pro hier :

  • hsa/hse : les percevrons- nous autant en mars qu’en avril ?
  • quid des indemnités ash, primes liées à l’enseignement spécialisé ?
  • quid des rattrapages de salaires pour les passages aux échelons 7 et 9 validés en CAPD du 13 février, et toujours pas effectifs ?

- Pour la future carte scolaire : nous souhaitions savoir ce que vous envisagiez de faire, nous avons la réponse avec le mail d’hier sur les instances d’avril.
Concrètement, garantissez-vous le bon déroulement de ces instances par visio ? Tout le monde pourra-t-il se connecter où qu’il soit (dans les vallées, par exemple en Maurienne, la connexion n’est pas évidente) ? On ne peut envisager de "faire" la carte scolaire uniquement par téléphone, il est donc impératif que tout le monde puisse se connecter en visio-conférence, autrement les conditions ne seraient pas réunies pour des débats sereins et constructifs.
Nous tiquons sur la date envisagée, un mercredi matin. Nous ne sommes pas en vacances, et les instances doivent continuer à se dérouler sur notre temps de service.
Pour le SNUipp-FSU 73, nous demandons un moratoire sur les opérations de carte scolaire pour se laisser les possibilités d’un débat serein sur les mesures à prendre. Il faut donc différer et ne pas imposer des visio-conférences ou autres consultations par mail dans une précipitation décalée de la réalité et des urgences du moment. C’est d’ailleurs une demande faite directement auprès du ministère, auquel, par ailleurs, le SNUipp-FSU a expressément demandé une dotation supplémentaire pour la carte scolaire afin d’assurer une rentrée plus sereine et lutter contre les inégalités scolaires qui se seront renforcées.
Si toutefois vous mainteniez le calendrier prévu, alors il faudrait modifier la date, et prévoir de nous fournir les documents assez en amont, pour que nous puissions, malgré les circonstances, préparer au mieux les commissions.

Opérations administratives Affelnet, maintiens :

  • Affelnet : s’il n’est pas possible de surseoir, alors il faudra prévoir a minima d’assouplir le calendrier, car en cette période de confinement et de limitation stricte des déplacements, cela va poser problème, notamment pour les volets 2 (NB : vous avez déjà aménagé le calendrier, mais sera-ce suffisant ? Le retour des volets 2 demandé pour le 2 mai, alors que nous serons encore en confinement, nous semble compliqué...)
  • Propositions de maintiens / "saut" de classe : il ne sera pas possible cette année de récupérer les cahiers et autres travaux des élèves, notamment pour transmission et avis de l’IEN. Cette année plus que jamais, il va falloir faire confiance aux équipes, la décision de maintien ou de passage anticipé restant une compétence du conseil des maîtres.

Pour les classes de découverte (encore !) :
Nous vous avons déjà reposé la question la semaine dernière. Pour le moment, tout est suspendu jusqu’aux vacances d’avril, mais vous disiez, pour la suite, "avoir du mal à voir comment les séjours pourraient être maintenus". Nos collègues continuent de s’interroger. Certaines écoles souhaitent anticiper et annuler des séjours programmés en mai/juin, voire ont déjà annoncé l’annulation aux familles après le 13 mars (puisque lors de la première réunion, vous aviez parlé d’annuler tous les séjours jusqu’à la fin de l’année scolaire). Problème : pour les séjours avec l’ASCD, cette dernière évoque des pénalités. Ce n’est pas normal. Des CPC interrogés répondent aux enseignants... qu’aucune directive n’a été émise de la part de la DSDEN concernant les séjours de mai et juin et qu’ils ne sont pas en mesure de savoir si les séjours seront maintenus ou non, l’ASCD n’ayant pas plus d’informations.
Monsieur l’Inspecteur d’Académie, il semble donc que ce soit bien à vous que revienne la décision d’annuler ou pas ces séjours, et jusqu’à quelles dates. Il serait bien que vous statuiez sur cette question rapidement.

25 MARS

Propos inacceptables de la porte-parole du gouvernement Exigeons des excuses publiques !!

peux pas fraises ptit

Compte-rendu de la réunion bilatérale ministère éducation nationale / SNUipp-FSU à propos de la crise sanitaire :
PDF - 126.6 ko
25 mars corona_ministere_compte_rendu_de_la_bilaterale

L’IA a répondu par écrit à notre courrier du 23 mars :
PDF - 41.7 ko
réponse IA-DASEN au courrier FSU 73 du 23 mars


Certaines réponses apportées hier soir lors de notre entretien téléphonique étaient plus précises. Lire ci-dessous.
Depuis hier, une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est entrée en vigueur. COVID-19 : Attestation de déplacement dérogatoire - version du 24 mars

24 MARS

L’IA a téléphoné à la co-secrétaire départementale du SNUipp-FSU 73 ce mardi soir, pour faire un point sur les dernières questions que nous avions fait remonter, et suite à notre courrier du 23 mars Continuité pédagogique, protection des personnels : lettre ouverte des syndicats FSU 73 à l’IA-DASEN de Savoie.

Certaines réponses nous étaient déjà connues, car le DASEN avait fait un premier retour lors du comité technique du 24 matin, dont nous avions rendu compte sur CTsD du 24 mars ; point sur la situation de crise sanitaire.

En bref :

- il faut limiter au maximum les déplacements. La gageure reste toutefois de proposer une « continuité » aux familles n’ayant aucun accès au numérique, sans qu’il y ait de réponse « satisfaisante » permettant de conjuguer limitation stricte des déplacements et passage de documents papier à certains élèves.

- il a déjà été alerté par ailleurs sur la question des familles qui sont injoignables depuis la fin de l’accueil des élèves dans les écoles et établissements. L’assistante sociale conseillère technique de la DSDEN va se saisir de cette question.

- la question de l’écart qui se creuse entre les élèves est une vraie préoccupation. Il rappelle qu’il n’y a aucune pression ni sur les élèves ni sur les enseignants de la part de l’administration.

- la FAQ (mise à jour régulièrement) est assez précise sur ce que doit être la « continuité pédagogique ». Il s’agit de conforter les acquis, pas de mener de nouveaux apprentissages, sauf à ce que les conditions permettent de le faire à distance sans pénaliser quiconque, mais ce n’est pas l’objectif premier.

PDF - 51.1 ko
MàJ FAQ extraits


- concernant les « fiches professeurs », l’IA affirme que ce ne sont ni des préconisations ni des obligations. Il faut les prendre comme des repères. Il sait que l’ensemble des personnels enseignants se démènent en cette période.

- l’IA admet qu’’il ne peut être demandé/exigé des enseignants qu’ils utilisent leur téléphone personnel pour appeler les familles, tout en reconnaissant que la réalité est celle-ci. Il souligne qu’il existe au moins la possibilité d’appeler en numéro inconnu, ce qui permet a minima de ne pas dévoiler ses coordonnées personnelles. Là encore, le décalage entre la théorie et la pratique est évident.

- en termes de protection des personnels, le lycée Louis Armand (Chambéry) va fabriquer à nouveau 1000 litres de solution hydroalcoolique vendredi (ils en auront ainsi produit 2 800 litres depuis la semaine dernière), à destination des mairies, EHPAD, forces de l’ordre, etc.
Sur la question des masques, en revanche, cela ne bouge toujours pas. (Il n’y en a pas assez et ils sont réservés prioritairement aux personnels soignants).

- concernant le volontariat, particulièrement pur les mercredis, samedis et dimanches, il s’agit bien de bénévolat, d’un "vrai" volontariat, et pour les 3 journées citées, l’IA demande aux mairies de le prendre en charge.

- à propos des vacances, il ne parlera pas à la place du ministre… Le calendrier sera ajusté.
Un courrier intersyndical 1er degré est en préparation sur ces questions, mais le SNUipp-FSU a profité de cet échange pour l’interroger sur le maintien des opérations administratives tel qu’Affelnet, difficile voire impossible à faire dans les conditions actuelles, et a demandé de surseoir à ces opérations. L’IA n’a pas répondu.

- au niveau de la Poste, il y a une réflexion nationale, pour utiliser des transferts de courriers avec des enveloppes T, pour envoyer des documents aux familles (ce n’est pas très clair, à suivre).

- dans notre courrier du 23 mars, nous citions l’écrit d’un IEN d’un autre département, disant "La dimension scolaire n’est pas notre seul objectif, il nous faut maintenir aussi un lien de confiance, de bienveillance (…)
N’inondez pas les familles d’exercices, n’ajoutons pas la pression à l’angoisse (...) Ne vous mettez pas une pression inconsidérée pour suivre pleinement un « programme » qui ne peut de toute façon pas être mis en œuvre sans votre concours, au quotidien dans la classe."

L’IA dit se retrouver dans ce courrier et, selon lui, c’est l’état d’esprit de l’ensemble des IEN, avec lesquels il en contact régulier par visio, WhatsApp, etc.
Si des collègues nous faisaient part de pression, il faudrait le signaler immédiatement au DASEN.

Il rédigera une réponse écrite à notre courrier.

Note ASH pour la continuité de service :
PDF - 370.6 ko
Note continuite de service

Lors du CTsD (comité technique) de ce matin, l’IA a fait le point sur la situation de crise sanitaire, le nombre d’enfants de personnels soignants accueillis, le nombre d’enseignants volontaires, la question des enfants en foyer, de la continuité pédagogique, etc.
Bref compte-rendu à lire sur CTsD du 24 mars ; point sur la situation de crise sanitaire
Au niveau national, l’intersyndicale de l’éducation a écrit hier soir au ministre pour exiger que " les mesures de protection et d’hygiène soient appliquées, que du matériel (masque, gel hydroalcoolique, serviette à usage unique…) soit systématiquement fourni dans les écoles, établissements et services. Dans de trop nombreuses situations ce n’est pas le cas."

L’intersyndicale éducation constate également que "les fonctionnaires de l’Éducation nationale sont l’objet de demandes croissantes qui contreviennent à ce principe de confinement, appuyées désormais sur votre demande d’utilisation étendue du « motif familial impérieux » pour récupérer des supports de travail pour les élèves. Aucun personnel, aucune famille ne peut être sommé de déroger au confinement, sauf absolue nécessité justifiée par l’organisation concrète de la continuité du service ou pour l’organisation de l’accueil des enfants de soignant-es."
Ce courrier intersyndical va dans le même sens que la lettre adressée hier à l’IA par les syndicats de la FSU 73. Le ministre doit cesser de jeter de l’huile sur le feu.

Lettre intersyndicale Education à M. JM Blanquer

23 MARS

Obéissance à Blanquer ou bon sens sanitaire ?
La photocopie peut tuer. Une consigne simple : restez chez vous !

La FSU Savoie et ses syndicats, SNUipp-FSU pour le premier degré et SNES-FSU pour le second degré, adressent ce jour une lettre ouverte à l’IA-DASEN, sur la question de la « continuité pédagogique » et de la protection des personnels.
Continuité pédagogique, protection des personnels : lettre ouverte des syndicats FSU 73 à l’IA-DASEN de Savoie

L’occasion pour le SNUipp-FSU 73 de rappeler quelques consignes simples !
"La photocopie peut tuer", une consigne simple : restez chez vous !

22 MARS

A lire :Concernant l’accueil des enfants des personnels soignants, les questions-réponses en CHSCT ministériel

20 MARS

Communiqué intersyndical Fonction Publique du 20 mars 2020

Depuis le début de l’épidémie du COVID-19 qui a entraîné une crise sanitaire sans précédent, les services publics, et tout particulièrement le service public de la santé sont en première ligne.

Alors que seuls les services de santé sont salués dans leur engagement quotidien par E. Macron et le gouvernement, l’ensemble des fonctionnaires et les missions qu’ils servent continuent dans les faits d’être abandonnés.

Toujours pas ou trop peu de moyens. Toujours trop peu de personnels. Aucune mesure d’urgence décidée. Lire la suite

Appel au volontariat : le SNUipp-FSU réinterroge le DASEN : Suite au courriel envoyé ce jour-même pour faire appel à des volontaires, y compris le mercredi, samedi et dimanche, pour accueillir des enfants de personnels de santé, de nombreuses questions restent sans réponse :
  • Comment les personnels sont-ils protégés ?
  • Que signifie le mot volontaire ? Signifie-t-il bénévoles ?
  • Dans quel cadre travaillent les volontaires ?
  • Comment sont-ils assurés, notamment quand ils travaillent sur le temps hors scolaire ?
  • Le tableau doit-il être de nouveau rempli quand une organisation est déjà en place ?


Voir le "courrier de Monsieur le Directeur académique à adresser à l’ensemble des enseignants et non enseignants des écoles, des membres des RASED, avec copie pour information aux représentants de parents d’élèves" ci-contre "Appel à volontariat".

Travailler les mercredis, samedis, dimanches... ? POUR LE SNUipp-FSU 73, on ne travaille pas sur ces temps, mais... pas d’opposition au bénévolat solidaire.
Nous ne laisserons pas être inscrit dans le marbre que les enseignant.es peuvent être réquisitionné.es par leur administration un mercredi, un samedi ou un dimanche. Si cela arrivait nous nous opposerions immédiatement. Nous avons toutes les raisons de nous méfier de ce que le gouvernement pourrait faire d’une telle mesure après la crise du Covid-19.
Ceci dit, nous devons aider les soignant-es. Le SNUipp-FSU 73 ne fera pas de blocage au bénévolat du week-end. Mais qu’il soit bien clair qu’il s’agit de l’exercice volontaire et spontané (aucune pression ne sera admise, tout particulièrement sur les directeurs) d’une solidarité, et non d’un temps de travail soumis à l’employeur.

Ne pas jeter d’huile sur le feu ! Alors que les personnels de l’Éducation nationale et des universités sont sur le pont pour faire face à la crise, la FSU réclame une série de mesures d’urgence et une concertation nationale pour envisager tous les aspects du retour à la normale.
Le communiqué

19 MARS

Continuité scolaire : vraiment pour tous ! ATD Quart Monde, ainsi que plusieurs syndicats enseignants et associations, s’adressent ensemble au ministre de l’Éducation nationale pour lui faire part de leurs inquiétudes et de leurs propositions pour aider les familles les plus en difficulté.
La lettre au ministre
Ressources disponibles, mise à jour ce 19 mars : pensez à regarder !
Pour et avec nos élèves, leurs familles, nos enfants : que faire et comment ? RESSOURCES POUR TOUS !

18 MARS

Restons chez nous , mais ce n’est pas la solidarité qui est confinée !

Tous les soirs à 20h à la fenêtre pour applaudir les personnels soignants !

EN SAVOIR PLUS !

Questions diverses qui nous sont remontées aujourd’hui, et envoyées à l’IA ce soir (en attente de réponses, donc) :
Réponses de l’IA ce soir à 19h00 : Le SNUipp-FSU a tout de suite relevé quelques "imprécisions", auxquelles l’IA a répondu un peu plus tard :

* à propos d’Affelnet : les IEN ont envoyé aujourd’hui un mail intitulé "complément d’information Affelnet 6e et passages" contenant 2 PJ.
Dans celle intitulée "complt ecoles mars20" voici ce que l’on peut lire : "- faire l’impression collective et les mettre à disposition des familles là où s’organise le retrait par les familles des documents pédagogiques."
* idem à propos de la continuité pédagogique, des IEN écrivent :
"- planifier l’accès restreint à l’école pour utiliser le matériel : ordinateurs, photocopieurs, ressources papier. Pendant cette période de confinement, les enseignants sont susceptibles également de participer au mouvement et avoir accès à un ordinateur s’ils n’en sont pas équipés à domicile,

- organiser des points : lieux, horaires pour retirer ou déposer des documents (ex dossiers pour l’entrée en 6ème, programme de travail, dossiers SEGPA, pochettes de documents pédagogiques pour les enfants ne disposant pas d’internet ….) en s’appuyant éventuellement sur les mairies pour n’avoir qu’un point de collecte"
Ces propos sont en totale contradiction avec les consignes de confinement,et avec vos propos d’hier soir lors de notre échange concernant les déplacements. Qu’en est-il exactement ?
Réponse : La FAQ d’aujourd’hui devrait indiquer que les déplacements relatifs aux suivi des élèves pourront être autorisés. Je l’ai aussi expliqué au préfet pour que les forces de l’ordre soient au courant. La seule contrainte, outre le papier individuel à avoir sur soi, est qu’il y ait un écrit issu de l’école qui confirme le rendez-vous, ou la demande de venir chercher les documents.
Cela vaut aussi pour les élèves qui n’ont pas l’accès au numérique. C’est aussi valable pour un enseignant qui aurait besoin de faire des photocopies pour ses élèves.
Il n’est pas nécessaire qu’il y ait rencontre physique. Les documents peuvent être laissés dans une enveloppe. Ils peuvent aussi être envoyés par la poste.

SNUipp-FSU 73 : Un bémol concernant la poste, nous nous interrogeons sur la continuité de son fonctionnement ? D’après les infos publiées dans le Dauphiné aujourd’hui, seuls 9 bureaux sur 165 restent ouverts en Savoie, et nous ne sommes par certains que le courrier continue d’être acheminé "normalement" ?
Réponse : Je ne sais pas. Si la poste ne fonctionne plus il faudra se reporter sur les "cases à courrier".
SNUipp-FSU 73 : Pour " un écrit issu de l’école qui confirme le rendez-vous, ou la demande de venir chercher les documents" ; chaque directeur.rice fait un écrit avec tampon, signature de l’école ? y’aura-t-il un modèle ?
Réponse : Nous n’avons pas encore travaillé la question. A priori, je pense qu’un courrier électronique du directeur aux parents suffira, pourvu qu’il soit explicite. Par exemple : je vous prie de venir à l’école pour récupérer...
SNUipp-FSU 73 : En tout état de cause, je pense utile de faire connaître ces modalités aux enseignants, qui n’en sont pas informés pour le moment (d’où les questions d’aujourd’hui).
Réponse : Oui, nous communiquerons dès que possible.

* à propos de l’annulation des séjours / classes de découverte : lors de la réunion à la DSDEN du 13 mars, il nous a été dit que l’ensemble des séjours jusqu’à la fin de l’année scolaire devaient être annulés. L’information donnée en ce moment est que l’annulation ne concerne que les séjours prévus d’ici aux vacances d’avril. Quelle est l’information exacte à relayer auprès de nos collègues ?
Réponse : Je ne me souvenais pas avoir été aussi catégorique, mais j’imagine mal, si nous arrivons à revenir en classe après les vacances de printemps, que les séjours soient maintenus. Nous pourrons examiner les projets au cas par cas. En tout cas, tout est suspendu jusqu’aux vacances.

* les familles sont très inquiètes par rapport à la scolarité de leurs enfants, ce qui est légitime. Madame Grumel nous disait vendredi que "la scolarité n’est pas en danger".
Qu’en sera-t-il des élèves ayant un diplôme à passer en fin d’année, brevet ou bac ? En savez-vous plus sur la manière dont cela sera traité par l’éducation nationale après cette période exceptionnelle ?
Réponse : Non, pas d’information précise, mais nous allons travailler pour que l’année scolaire se déroule complètement (difficile d’écrire "normalement").

En complément, je vous indique que nous mettons en fabrication de la solution hydroalcoolique au lycée Louis Armand pour permettre aux maires d’en fournir aux lieux d’accueil des élèves.

17 MARS

DERNIÈRE MINUTE : l’IA a rappelé le SNUipp-FSU 73 ce soir pour refaire un point.

Point d’étape de l’IA ce soir 19h00 : Au niveau de l’administration, la réflexion s’engage maintenant sur la question de la continuité pédagogique. L’IA lui-même avoue que cette situation va creuser la fracture sociale et scolaire existante.

A une question que lui pose le SNUipp-FSU, il n’est pas possible pour le moment de retourner à l’école, ou d’y donner RDV à une famille pour lui remettre du travail, du fait du confinement. L’attestation de déplacement dérogatoire ne prévoit rien à ce sujet.
Si certains souhaitent retourner dans leur école : de préférence, il faut que ce soit le directeur ; quoi qu’il en soit, il faut appeler d’abord l’IEN de circonscription, qui établira une autorisation spéciale.
La question des déplacements a été remontée au ministère de l’intérieur. En fonction de la réponse, l’IA verra avec le préfet pour établir une dérogation supplémentaire de déplacements pour les enseignants des écoles de Savoie.

En termes de ressources, il est possible de s’appuyer sur le site Savoie Educ.
Il n’est pas demandé de comptes aux enseignants sur ce qu’ils font en termes de continuité, il n’y a pas de mise en demeure, seulement un accompagnement, tout le monde est dans le même bateau.

Les AESH restent chez eux. Il est possible qu’il soit fait appel à eux si un enfant de personnel soignant notifié est accueilli. Des modules de formation à distance seront proposés aux AESH pour mettre à profit le temps disponible, pour celles et ceux qui voudront.

Accueil des enfants des personnels soignants - demandes d’éclaircissements du SNUipp-FSU 73 : nous venons d’interroger l’IA :
Après l’appel de l’IA-DASEN dans l’après-midi, nous notons les réponses dans le corps du courrier.

"Nous nous posons beaucoup de questions, et nos collègues également, à propos de cet accueil, notamment dans le cas des communes qui regroupent les gardes sur une seule école, comme à Chambéry.
Cela implique que les enseignant.es aillent dans une autre école que la leur, pour garder des élèves qu’ils ou elles ne connaissent pas forcément, dans des locaux inconnus.
En terme de sécurité des élèves et des enseignant.e.s, de sécurité affective également, cela pose question.
Le nombre d’enfants pouvant aller en augmentant, ces collègues là sont alors exposés davantage.
Réponse : Il entend nos préoccupations, et ne les ignore pas. La question de la sécurité des personnels lui importe. Il a alerté les IEN et chefs d’établissements. La préconisation est de faire des groupes de 6 à 8 enfants maximum ; pas de regroupements dans la cour de récré, ni dans les couloirs ; préserver les conditions de distance en classe.

Le regroupement dans une seule structure favorise le nettoyage et la désinfection des locaux (plutôt que d’assurer cette désinfection dans toutes les écoles). En outre, qu’en sera-t-il désormais - après les annonces d’hier soir - des enfants des personnels travaillant dans les forces de l’ordre, la gendarmerie, etc ?
Réponse : il n’y a pas de demandes pour le moment mais cela risque d’arriver.

Quelles mesures de protection pour les personnels concerné.e.s ? Vous ne répondez pas à cette question.
A Haut-Maché (Chambéry), ce ne sont pas les deux flacons de gel hydro-alcoolique entamés et périmés depuis 2012 qui permettent de rassurer les personnels sur la prise en compte des risques encourus, sans perler de l’unique lavabo à l’étage... bien que proche du centre hospitalier, cette école était-elle la plus adaptée à l’accueil des enfants des personnels soignants ? Qu’en est-il du port de masques ? Est-il prévu d’en équiper les personnels accueillant ces enfants ?
Réponse : pour le gel hydro-alcoolique, le lycée Louis-Armand en fabrique. Il y a eu un malentendu sur son utilisation (NB : cf article dans le DL la semaine dernière à propos de ce gel non accepté par l’ARS), mais la ville de Chambéry l’a utilisé dimanche dans ses bureaux de vote, sans problème.
Cela a été vu avec le directeur de l’ARS : pas de distribution de masques prévue, priorité est donnée aux personnels soignants. Cela viendra peut-être un jour.

Vous êtes sans nul doute en lien avec les mairies qui mettent à disposition également des personnels communaux. Qu’en est-il pour eux ? Quelles mesures sont prises pour préserver leur santé ? A Chambéry, des agent.e.s dont ce n’est pas l’attribution première se sont retrouvé.e.s à s’occuper du ménage, sans équipement spécifique pour se protéger.

L’accueil a lieu sur la base du volontariat. De nombreux collègues se proposent. Des questions émergent cependant : n’y a -t-il aucune contre-indication pour les enseignant.e.s pour se porter volontaire sans prendre trop de risques pour eux et leurs proches ? Celles et ceux ayant des enfants, notamment en bas âge ? Celles et ceux ayant des enfants avec des problèmes de santé (asthme par exemple) ? Autre ? Aucune précision, aucun critère n’a été spécifié. Et pourtant.
Quelles sont les conditions de ce volontariat, notamment en termes de déplacement : vous demandez à chacun.e de remplir l’attestation de déplacement dérogatoire, sans fournir de justificatif. C’est pourtant aux employeurs de délivrer un justificatif / attestation d’impossibilité de télétravail / autre, à joindre à la dérogation pour les déplacements. Qu’en est-il d’ordres de mission ? Comment sont couverts les personnels ?
Réponse : la moitié des enseignant.e.s du département était présenté dans les écoles hier. Il est touché de cet engagement et renouvelle ses remerciements.
Pour les déplacements, chacun.e remplit son attestation ; si jamais il y avait une demande de justificatif, se mettre en contact avec son IEN.
Pour le volontariat, il n’y a pas de contre-indication, si ce n’est les "critères" de départ : personnels ayant une santé fragile, parents d’enfants de moins de 16 ans... à chacun d’apprécier selon sa situation personnelles s’il se porte volontaire ou non.
A noter : si un.e AESH souhaite se porter volontaire pour l’accueil de ces enfants, c’est possible, mais su le principe ces personnels là ne sont pas sollicités et restent à domicile.

En termes d’horaires : il ne peut être demandé à nos collègues d’être présent.e.s en-dehors des horaires scolaires, ni le mercredi. Qu’en est-il le cas échéant ? Est-ce considéré comme du bénévolat ? Comment sont couverts les personnels ?
Enfin, les enseignant.e.s participant à l’accueil des enfants des personnels de santé sont surexposés. En termes de santé, si jamais l’un.e d’elle.eux s’avérait avoir été contaminé.e par le virus COVID-19, quelle prise en compte, en termes de maladie professionnelle et/ou imputable au service ? Quelle prise en charge ? Quelle démarche ?
Réponse : l’IA n’a pas d’éléments de réponse à ce sujet. Toutefois, sachant qu’une forte proportion de la population sera atteinte, il s’interroge sur comment un lien pourra être fait avec la maladie professionnelle.

Il ne peut seulement être fait appel au "civisme" et au "don de soi" des personnels enseignants dans cette situation de crise sanitaire. De réelles mesures doivent être prises pour garantir et préserver santé et sécurité de l’ensemble des fonctionnaires.
Réponse : l’IA indique interpeller chaque fois la rectrice et le préfet pour souligner que la situation concerne tout le monde. Cela doit concerner tous les fonctionnaires et au-delà, toute la société. Cela ne peut reposer sur les épaules des seuls enseignant.e.s. Il a proposé au préfet un courrier à destination des maires, afin que les communes mobilisent aussi ses personnels. Il doit y avoir une réflexion pour se partager ce travail.

Message de l’IA pour "simplification administrative" :
"Je vous remercie du soin que vous avez porté à la remontée des informations relatives aux présences dans les collèges et écoles.
Afin de faciliter l’envoi et la gestion de ces informations, je vous indique qu’il n’est plus nécessaire de renseigner le tableau.

Faire les remontées directement à jean-marc.ballaz@ac-grenoble.fr en :

  • indiquant comme sujet "Nom école ou collège - Remontée date"
  • mentionnant directement dans le corps du message (sans pièce jointe)

Nombre d’élèves présents :
Nombre de personnels présents :
dont nombre de personnels enseignants :
Merci encore pour votre engagement et votre disponibilité.
Eric Lavis"
L’attestation de déplacement dérogatoire :
PDF - 37 ko
Attestation_de_deplacement_derogatoire

Courrier de l’IA-DASEN du 16 mars à propos de l’accueil des enfants des personnels soignants :
PDF - 362.2 ko
DASEN à Directeurs et PE

Les élèves sont regroupés sur un seul lieu d’accueil : sur de nombreuses communes, les municipalités se sont organisées pour regrouper les enfants sur une seule école. C’est le cas des communes suivantes :

  • Chambéry,
  • Le Bourget du Lac,
  • La Motte Servolex,
  • La Ravoire,
  • Barberaz. Les autres communes ne sont pas concernées (sauf erreur). N’hésitez pas à nous signaler si ces informations sont inexactes.

10 élèves maxi par groupe.

"Dans le respect des consignes données ce soir par le ministre de l’intérieur, vous compléterez l’attestation sur l’honneur permettant de justifier votre déplacement, à télécharger sur le site du gouvernement" : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

16 MARS

Face à l’épidémie, la mobilisation de tous les personnels de la Fonction publique doit être reconnue, rien ne doit les mettre en danger - COMMUNIQUE FSU
Communiqué national intersyndical : "Face à la crise sanitaire mondiale obligeant chacune et chacun à respecter les consignes de protection pour contenir la propagation du virus, nos organisations syndicales et de jeunesse ont décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre les actions programmées."
A lire sur https://fsu.fr/communique-intersyndical-16-mars/

15 MARS

Vous trouverez ci-joint un courrier du SNUipp-FSU Savoie adressé à la rectrice, IA et IEN, à propos de la fermeture des écoles et consignes adressées aux personnels. Avec le passage au stade 3, les déclarations du Premier Ministre et les nouvelles informations figurant dans la FAQ ministérielle, nous considérons que les consignes locales reçues vendredi puis samedi ne sont plus d’actualité.

PDF - 55.9 ko
courrier COVID-19 15 mars - éclaicir les consignes

Nouvelle info, (et nouveau revers pour notre ministre, jamais 2 sans 3 !) : le CRPE vient d’être reporté à une date ultérieure non connue pour le moment.

Sur Devenirenseignant.gouv.fr
Faisons simple ! De toute évidence, l’école n’était pas prête à gérer une telle situation de crise et la journée de vendredi a vu se succéder une avalanche de consignes souvent contradictoires dans les départements. Le SNUipp-FSU propose une liste simplifiée permettant de s’y retrouver.

Pour le SNUipp-FSU, ce qui doit guider la décision dans ces circonstances exceptionnelles doit être la protection des personnels de l’école, des élèves et de leurs familles, la continuité du service public d’éducation et la solidarité avec les personnels de santé dans la lutte contre l’épidémie.

Nos consignes sur https://www.snuipp.fr/actualites/posts/consignes-pour-les-personnels-des-ecoles

Le ministère vient d’indiquer sur sa FAQ que la présence dès lundi était en réalité sur la base du volontariat : « l’ensemble des personnels des écoles et établissements scolaires ne sont pas tenus de rejoindre systématiquement à partir du lundi 16 mars leur lieu de travail »
https://www.education.gouv.fr/coronavirus-covid-19-informations-et-recommandations-pour-les-etablissements-scolaires-et-les-274253

14 MARS

Le 1er ministre annonce le passage au stade 3.

Tous les lieux publics "non essentiels" fermés dès dimanche. "Ce que nous devons faire en ce moment, c’est tout simplement d’éviter au maximum de se rassembler, limiter les réunions amicales et familiales, n’utiliser les transports en commun que pour aller au travail et seulement si la présence physique au travail est indispensable, ne sortir de chez soi que pour faire ses courses essentielles, faire un peu d’exercice ou voter".

Vous pouvez consulter la dernière version de la FAQ du gouvernement ici (Mise à jour le 14/03/2020 à 17h00)  :
PDF - 465.7 ko
coronavirus-covid-19-questions-r-ponses-pour-les-familles-les-l-ves-et-les-personnels-d-ducation-52035_0

Message de l’IA-DASEN ce 14 mars : "Je formalise par écrit les propos que j’ai tenus hier devant les représentants des personnels des premier et second degrés. Je joins ci-après le courrier que je viens d’adresser aux maires, accompagné de la note nationale sur l’accueil des enfants des personnels de santé ci-jointe."
PDF - 42.9 ko
Message IA-DASEN 14 mars journée - message aux maires


Vous trouverez ci-joint la note en question.
PDF - 630.8 ko
COVID-19_Enfants_personnels_de_santé

13 MARS

Coronavirus : des consignes pas toujours claires : compte-rendu de la réunion au ministère du 13 mars

La réunion qui s’est tenue vendredi 13 mars avec les organisations syndicales était importante pour clarifier la situation et donner une cohérence nationale à la continuité scolaire, et non pédagogique, dans ces conditions exceptionnelles. Quelques éléments de réponses obtenus.

Cet article sur le site du SNUipp-FSU national sera tenu à jour au fur et à mesure de l’évolution de la situation et éventuellement des consignes même s’il serait utile qu’elles soient le plus rapidement et définitivement fixées, dans le temps et sur tout le territoire.

L’école et ses personnels seront à la hauteur ! Communiqué du SNUipp-FSU

Le service public est essentiel ! Communiqué de la FSU

Situation sanitaire : les agents de la Fonction publique exigent des réponses

Le message de l’IA-DASEN 13 mars 16h30 : http://73.snuipp.fr/IMG/pdf/message_IA_13_mars_16h30.pdf

+ l’attestation garde d’enfant à compléter, envoyée par les services de la DSDEN.
Word - 747 ko
Attestation garde enfant

COVID-19 : réunion d’urgence à la DSDEN - 13 mars - compte-rendu

EN RÉSUME, pour aller à l’essentiel :
Ce n’est pas une fermeture des écoles et établissements, c’est l’accueil des élèves qui s’arrête.

Lundi et mardi, tous ceux qui sont en capacité de le faire se rendent dans les écoles ! Équipe pédagogique = enseignants + AESH. Ces journées seront consacrées à la réflexion sur la question de la "continuité pédagogique". Chaque école s’adapte à son public, c’est à dire soit se lancer dans des enseignements à distance type CNED, soit privilégier le papier, pochettes de travail etc.

Sur le principe, tout le monde doit être présent à l’école lundi et mardi, sauf ceux qui ne pourront pas : cela va concerner ceux qui devront garder leurs enfants (enfants de moins de 16 ans) ou qui ont des problèmes de santé. Cela concerne tous les personnels (enseignants, contractuels, AESH). Les collègues qui doivent garder leurs enfants n’ont aucune démarche administrative à accomplir pour le moment sauf un simple mail à l’IEN pour le prévenir. Par la suite, les personnels AESH seront autorisés à rester chez eux mais devront se tenir à la disposition de l’école ou du chef d’établissement, au cas où leur présence serait requise.

Concrètement, les enseignants, quant à eux, devraient être dans les écoles. Toutefois, l’inspection propose qu’on puisse s’organiser en faisant des rotations, afin que toute l’équipe ne soit pas mobilisée chaque jour à l’école pendant ce temps de "fermeture". Il est demandé qu’il y ait toujours quelqu’un à l’école pour que l’école soit joignable si un parent appelle pendant les horaires scolaires ; il faut que les familles puissent avoir un interlocuteur, même si c’est quelqu’un qui ne pourra pas apporter de réponse immédiate.

Nous sommes reçus en audience cet après-midi à 14h30 à l’inspection académique.
Le communiqué du SNUipp-FSU Savoie :
PDF - 144.8 ko
Fermeture des écoles - communiqué du SNUipp-FSU 73

Le SNUipp-FSU Savoie a adressé une série de questions à l’IA, suite à vos remontées hier dans la soirée, et nous demandons la tenue d’une "réunion de crise" avec les représentants des personnels rapidement ce vendredi 13 mars.

D’autres interrogations vont sans doute surgir : faites-nous remonter vos questions !

Les questions posées pour le moment :

- Quel mode de communication vers les parents d’élèves quant aux différentes consignes ? (envers les présents mais aussi les absents d’aujourd’hui)
Cas particulier des écoles ayant déjà un ENT => y’en-a-t-il en Savoie ? Si oui, quelle consigne ?

- Quelle consignes pour nos collègues ?
Où vont nos collègues lundi ?
Les collègues sont ils couverts si ils vont à l’école ?
Les consignes aux directeurs d’écoles sont elles particulières (missions, lieu ...) ?
Quelles modalités pour nos collègues (adjoints ou directeurs) qui sont également parents de jeunes enfants ?

- Quelles consignes pour nos collègues AESH ?
Où vont-ils lundi ?
Quid des temps de formation prévus, sont-ils maintenus ?

- Continuité pédagogique ?
Quelles modalités ?
Quels outils ?
Quelles implications opérationnelle dans l’implication de chacun ?
Quelle place du directeur d’école dans cette gestion ?
Quels dispositifs pour les élèves sans équipement ou accès informatique ?

- Service minimum soignant :
Qui ?
Où ?
Comment ?

- Maintien du salaire

- Consignes particulières aux établissements spé ? Ces établissements (ITEP, IME...) sont-ils concernés aussi par la fermeture ?

- Spécificité de la continuité pédagogique pour la maternelle ?

- Quelle utilisation des ENT déjà actifs (Cartable à la maison ou Educartable) ?

- Peut on emmener nos propres enfants à l’école ?

- Nettoyage approfondi des établissements pendant la fermeture ?

- Quelles consignes vont être données aux collectivités ? Quid des ATSEM ?

- Quid d’une création d’une adresse école spécifique pour communiquer avec les familles ?

- Doit on prévoir une pochette de travail (physique) emportée par nos élèves aujourd’hui ?

- Durée de la fermeture ? (Le ministre évoque toute la période jusqu’aux vacances d’avril)

- Annulation ou non des différentes réunions prévues (ESS, Anim Péda, Conseils d’école ...) ?

- Quid de la titularisation des PES (report des visites ...) ?

- Affelnet et question des passages (quelles modalités pour le volet 2 d’Affelnet la transmission et la saisie devant s’effectuer entre le 16 et le 25 mars) ?

- Calendrier des orientations (ULIS, SEGPA etc ...) ?

12 MARS

A LIRE :

- Coronavirus : l’école bousculée

- La classe à la maison questionnée

Article intéressant de nos collègues de l’Oise, qui vivent le confinement depuis une semaine. A lire ABSOLUMENT d’ici lundi !

ENSEIGNEMENT À DISTANCE, TRAVAIL HORS LA CLASSE & CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE : Enseignement à distance, Blogs & ENT, mails & contacts aux familles, données personnelles… Le point sur les obligations de service des personnels au regard de certaines demandes de l’administration départementale bien souvent les demandes des IEN ne sont pas règlementaires et ne peuvent être initiées que sur la base du volontariat.

- Le mot de la rectrice reçu ce 12 mars dans la soirée :

"Mesdames et Messieurs les directeurs d’école, Mesdames et Messieurs les chefs d’établissement,
Le président de la République a annoncé la fermeture des écoles, collèges et lycées à compter de ce lundi 16 mars. Nous devons collectivement nous mobiliser pour veiller à ce que les élèves puissent poursuivre leurs apprentissages à distance.
Le premier enjeu est de rassurer dès ce vendredi les élèves et les familles ; il conviendra aussi de les accompagner durant toute la période de fermeture de vos établissements. Vous veillerez à disposer de leurs coordonnées actualisées (téléphone et éventuellement e-mail).
Notre réussite passe par l’implication de chacun dans la construction des solutions les plus adaptées. La cellule académique de continuité pédagogique est active et a d’ores et déjà produit des ressources qui seront mises en ligne sur le site académique, afin de compléter les outils pédagogiques utilisés dans les écoles, les collèges et les lycées. Les équipes enseignantes seront également accompagnées par la délégation académique au numérique, notamment pour s’approprier la plateforme "Ma classe à la maison" mise à disposition par le CNED.
Chacun d’entre vous sera contacté dès demain par un inspecteur afin de recenser vos besoins et vos questions.
Vous pouvez compter sur les équipes académiques et départementales pour vous accompagner tout au long de cette situation inédite.
Avec toute ma confiance,
Hélène Insel Rectrice de l’académie de Grenoble"

Fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités fermés « jusqu’à nouvel ordre » effective dès lundi.
Il est question d’un "service de garde, région par région".

Le SNUipp-FSU Savoie s’est adressé à l’inspection académique dès ce soir. La secrétaire générale de la DSDEN nous a répondu que nous aurons des informations précises dès demain matin.

Tenez-vous informés !
Via notre site, notre page Facebook, notre compte Twitter !!

 

47 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.