www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 mars 2020

Continuité pédagogique, protection des personnels : lettre ouverte des syndicats FSU 73 à l’IA-DASEN de Savoie

"Les enseignants, dans leur ensemble, se sont emparés des moyens qu’ils ont à leur disposition pour continuer à assurer la « continuité pédagogique » avec leurs élèves, alors même que nombre d’entre eux ont à leur domicile leurs enfants ou s’occupent de personnes dépendantes, alors même qu’ils sont parfois volontaires pour accueillir les enfants des personnels soignants. Dans les premiers échanges, vous nous assuriez de votre confiance dans la gestion du travail par les équipes.
Or, depuis, la communication du ministère (FAQ, ressources de la DGESCO, etc.) et des corps d’inspection et de direction (rectrice, inspecteurs, chefs d’établissement) exige de plus en plus des enseignants."

Il est inadmissible que la communication officielle donne l’illusion que l’école se poursuit à domicile. D’une part parce que l’Éducation Nationale n’est pas prête à assurer une continuité pédagogique réelle. D’autre part, parce que ce serait nier l’importance des inégalités sociales qui sévissent dans certains territoires où les élèves les plus éloignés des codes scolaires, les plus touchés par la fracture numérique, sont les plus impactés par la situation. Enfin, parce que rien ne peut remplacer le travail au sein d’une classe. Le ministre doit l’admettre, ne pas tromper les familles et le dire.

LIRE LA SUITE DE LA LETTRE ADRESSÉE PAR LE SNUipp-FSU 73, SNES-FSU 73 ET FSU 73 à l’IA :

PDF - 183 ko
lettre ouverte FSU 73 continuité péda

25 mars : l’IA apporte des éléments de réponse à notre courrier :

- par téléphone
- par écrit

Il écrit :

PDF - 41.7 ko
réponse IA-DASEN au courrier FSU 73 du 23 mars

Lors de l’entretien téléphonique, il a indiqué :

- il faut limiter au maximum les déplacements. La gageure reste toutefois de proposer une « continuité » aux familles n’ayant aucun accès au numérique, sans qu’il y ait de réponse « satisfaisante » permettant de conjuguer limitation stricte des déplacements et passage de documents papier à certains élèves.

- il a déjà été alerté par ailleurs sur la question des familles qui sont injoignables depuis la fin de l’accueil des élèves dans les écoles et établissements. L’assistante sociale conseillère technique de la DSDEN va se saisir de cette question.

- la question de l’écart qui se creuse entre les élèves est une vraie préoccupation. Il rappelle qu’il n’y a aucune pression ni sur les élèves ni sur les enseignants de la part de l’administration.

- la FAQ (mise à jour régulièrement) est assez précise sur ce que doit être la « continuité pédagogique ». Il s’agit de conforter les acquis, pas de mener de nouveaux apprentissages, sauf à ce que les conditions permettent de le faire à distance sans pénaliser quiconque, mais ce n’est as l’objectif premier.

- concernant les « fiches professeurs », l’IA affirme que ce ne sont ni des préconisations ni des obligations. Il faut les prendre comme des repères. Il sait que l’ensemble des personnels enseignants se démènent en cette période.

- l’IA admet qu’’il ne peut être demandé/exigé des enseignants qu’ils utilisent leur téléphone personnel pour appeler les familles, tout en reconnaissant que la réalité est celle-ci. Il souligne qu’il existe au moins la possibilité d’appeler en numéro inconnu, ce qui permet a minima de ne pas dévoiler ses coordonnées personnelles. Là encore, le décalage entre la théorie et la pratique est évident.

- en termes de protection des personnels, le lycée Louis Armand (Chambéry) va fabriquer à nouveau 1000 litres de solution hydroalcoolique vendredi (ils en auront ainsi produit 2 800 litres depuis la semaine dernière), à destination des mairies, EHPAD, forces de l’ordre, etc.
Sur la question des masques, en revanche, cela ne bouge toujours pas. (Il n’y en a pas assez et ils sont réservés prioritairement aux personnels soignants).

- concernant le volontariat, particulièrement pur les mercredis, samedis et dimanches, il s’agit bien de bénévolat, d’un "vrai" volontariat, et pour les 3 journées citées, l’IA demande aux mairies de le prendre en charge.

- à propos des vacances, il ne parlera pas à la place du ministre… Le calendrier sera ajusté.
Un courrier intersyndical 1er degré est en préparation sur ces questions, mais le SNUipp-FSU a profité de cet échange pour l’interroger sur le maintien des opérations administratives tel qu’Affelnet, difficile voire impossible à faire dans les conditions actuelles, et a demandé de surseoir à ces opérations. L’IA n’a pas répondu.

- au niveau de la Poste, il y a une réflexion nationale, pour utiliser des transferts de courriers avec des enveloppes T, pour envoyer des documents aux familles (ce n’est pas très clair, à suivre).

- dans notre courrier du 23 mars, nous citions l’écrit d’un IEN d’un autre département, disant "La dimension scolaire n’est pas notre seul objectif, il nous faut maintenir aussi un lien de confiance, de bienveillance (…)
N’inondez pas les familles d’exercices, n’ajoutons pas la pression à l’angoisse (...) Ne vous mettez pas une pression inconsidérée pour suivre pleinement un « programme » qui ne peut de toute façon pas être mis en œuvre sans votre concours, au quotidien dans la classe."

L’IA dit se retrouver dans ce courrier et, selon lui, c’est l’état d’esprit de l’ensemble des IEN, avec lesquels il en contact régulier par visio, WhatsApp, etc.
Si des collègues nous faisaient part de pression, il faudrait le signaler immédiatement au DASEN.

A retrouver sur le Fil infos !

SOYONS CLAIRS ET FAISONS SIMPLE !

La seule consigne valable est la suivante :

RESTEZ CHEZ VOUS !

"La photocopie peut tuer, une consigne simple : restez chez vous" !

La proposition de "collecte" de documents papiers dans les écoles est dangereuse et irresponsable dans l’état actuel de la crise sanitaire.
Se rendre à l’école pour photocopier une fiche ou rencontrer une famille pour lui donner du travail scolaire afin d’assurer la "continuité pédagogique" n’est absolument pas un "motif impérieux de déplacement", n’en déplaise au ministre de l’éducation nationale.
La priorité à ce jour est de respecter les consignes sanitaires et veiller à sa santé et celle de ses proches.

Rappelons-nous la Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires et plus particulièrement son Article 28 : « Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. Il n’est dégagé d’aucune des responsabilités qui lui incombent par la responsabilité propre de ses subordonnés. » Ainsi, entre "obéissance à Blanquer" ou "bon sens sanitaire", sauvons des vies, faisons preuve de bon sens ! En effet,en demandant aux personnels et aux familles de contourner les mesures de confinement et mettre leur santé en danger, alors même que l’enjeu sanitaire actuel est de limiter au strict minimum les échanges entre les personnes, cette demande est contraire aux consignes de confinement.

Les fonctionnaires de l’école publique, comme l’ensemble des agents des services publics ont à cœur d’accompagner au mieux les usagers.
La nécessaire continuité du service public ne peut être mise en œuvre qu’avec les outils et moyens mis à disposition des agents, dans le respect de leurs droits et avec la volonté de les protéger des risques.

Prenons donc du recul : pas de pression sur les enseignants, pas de pression sur les familles ! Non, la continuité pédagogique n’est pas la priorité du moment.

Concernant le volontariat, particulièrement l’appel pour les mercredis, samedis et dimanches, POUR LE SNUipp-FSU 73, on ne travaille pas sur ces temps, mais... pas d’opposition au bénévolat solidaire.
Nous ne laisserons pas être inscrit dans le marbre que les enseignant.es peuvent être réquisitionné.es par leur administration un mercredi, un samedi ou un dimanche. Si cela arrivait nous nous opposerions immédiatement. Nous avons toutes les raisons de nous méfier de ce que le gouvernement pourrait faire d’une telle mesure après la crise du Covid-19.
Ceci dit, nous devons aider les soignant-es. Le SNUipp-FSU 73 ne fera pas de blocage au bénévolat du week-end. Mais qu’il soit bien clair qu’il s’agit de l’exercice volontaire et spontané (aucune pression ne sera admise, tout particulièrement sur les directeurs) d’une solidarité, et non d’un temps de travail soumis à l’employeur.

 

77 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.