www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 mars 2020

"La photocopie peut tuer", une consigne simple : restez chez vous !

Obéissance à Blanquer ou bon sens sanitaire ? Les consignes du SNUipp-FSU : Protégez-vous, protégez les autres, limitez drastiquement vos déplacements.

SOYONS CLAIRS ET FAISONS SIMPLE !

La seule consigne valable est la suivante :

RESTEZ CHEZ VOUS !

"La photocopie peut tuer, une consigne simple : restez chez vous" !

Suite aux propos inconséquents du ministre sur l’incitation à rompre le confinement au motif de « la remise des documents pédagogiques aux familles dépourvues de documents numériques » ainsi qu’à ceux sur la continuité pédagogique avec poursuite des apprentissages et progression des élèves, le SNUipp-FSU clarifie la situation et propose de s’en tenir à quelques consignes de bon sens.

La proposition de "collecte" de documents papiers dans les écoles est dangereuse et irresponsable dans l’état actuel de la crise sanitaire.
Se rendre à l’école pour photocopier une fiche ou rencontrer une famille pour lui donner du travail scolaire afin d’assurer la "continuité pédagogique" n’est absolument pas un "motif impérieux de déplacement", n’en déplaise au ministre de l’éducation nationale.
La priorité à ce jour est de respecter les consignes sanitaires et veiller à sa santé et celle de ses proches.

Rappelons-nous la Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires et plus particulièrement son Article 28 : « Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public. Il n’est dégagé d’aucune des responsabilités qui lui incombent par la responsabilité propre de ses subordonnés. »

Ainsi, entre "obéissance à Blanquer" ou "bon sens sanitaire", sauvons des vies, faisons preuve de bon sens ! En effet,en demandant aux personnels et aux familles de contourner les mesures de confinement et mettre leur santé en danger, alors même que l’enjeu sanitaire actuel est de limiter au strict minimum les échanges entre les personnes, cette demande est contraire aux consignes de confinement.

À propos du confinement

  • Les consignes gouvernementales demandent expressément de rester confinés et de télé-travailler. Aucun personnel, aucune famille ne peut être sommé de déroger au confinement, sauf absolue nécessité comme les personnels qui assurent dans les écoles l’accueil des enfants de soignants et soignantes.
  • L’administration doit assurer des conditions permettant la protection de la santé des personnels comme des élèves
  • Les directeurs et directrices n’ont pas à fournir des attestations de déplacement dérogatoire aux familles : celui-ci n’est pas inscrit dans les motifs impérieux. De surcroît cela supposerait une rencontre qui ne correspond pas aux indications sanitaires préconisées.
  • Il est indispensable de faire confiance aux équipes : les enseignantes et les enseignants sont très engagés dans le maintien d’une activité scolaire et ont pris en compte la difficulté des élèves n’ayant pas d’outils numériques. Des modes d’organisation ont été trouvés.

À propos de la continuité dite « pédagogique »

  • Contrairement aux réponses dans la foire aux questions (FAQ) du ministère, les enfants ne sont pas élèves à la maison. Ils ont ponctuellement des activités scolaires en autonomie qui permettent de maintenir un lien avec l’école.
  • En aucun cas, il ne faut envisager d’aborder des nouveaux points du programme donc des notions nouvelles.
  • L’école a comme devoir de ne pas creuser les inégalités et de penser prioritairement à ceux et celles qui n’ont pas de matériel, pas de conditions de concentration possibles, pas de possibilité d’être aidés
  • Toutes les situations d’apprentissage à la maison doivent être valorisées : jouer ensemble, cuisiner, lire des livres, regarder des documentaires, et profiter les uns des autres

Les fonctionnaires de l’école publique, comme l’ensemble des agents des services publics ont à cœur d’accompagner au mieux les usagers.
La nécessaire continuité du service public ne peut être mise en œuvre qu’avec les outils et moyens mis à disposition des agents, dans le respect de leurs droits et avec la volonté de les protéger des risques.

Prenons donc du recul : pas de pression sur les enseignants, pas de pression sur les familles ! Non, la continuité pédagogique n’est pas la priorité du moment.
L’urgence est sanitaire et non pas scolaire même si les enseignants et les enseignantes ont montré qu’elles n’abandonnaient pas leurs élèves et les familles. Aussi est-il nécessaire de rappeler que la priorité reste de se protéger, de protéger les autres, en limitant ses déplacements au maximum.

Chaque enseignant et enseignante maintient le lien avec les familles, prend des nouvelles, vérifie que le travail demandé ne crée pas de tensions, que la quantité est bien ajustée, propose des pistes d’activité… Les personnels font preuve comme toujours d’une grande responsabilité et d’une grande professionnalité, qu’on leur fasse confiance !

Concernant le volontariat, particulièrement l’appel pour les mercredis, samedis et dimanches, POUR LE SNUipp-FSU 73, on ne travaille pas sur ces temps, mais... pas d’opposition au bénévolat solidaire.
Nous ne laisserons pas être inscrit dans le marbre que les enseignant.es peuvent être réquisitionné.es par leur administration un mercredi, un samedi ou un dimanche. Si cela arrivait nous nous opposerions immédiatement. Nous avons toutes les raisons de nous méfier de ce que le gouvernement pourrait faire d’une telle mesure après la crise du Covid-19.
Ceci dit, nous devons aider les soignant-es. Le SNUipp-FSU 73 ne fera pas de blocage au bénévolat du week-end. Mais qu’il soit bien clair qu’il s’agit de l’exercice volontaire et spontané (aucune pression ne sera admise, tout particulièrement sur les directeurs) d’une solidarité, et non d’un temps de travail soumis à l’employeur.

  • Lire la lettre ouverte des syndicats de la FSU 73 adressée à l’IA le 23 mars :
    PDF - 183 ko
    lettre ouverte FSU 73 continuité péda

-* A (re)lire : "Faisons simple" sur le site du SNUipp-FSU national

 

62 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.