www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : CHS-CT 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 avril 2020

Bref compte-rendu du CHSCT académique sur la situation actuelle


- Sur le travail des enseignants, discours très bienveillant : première priorité santé et tenir,

Ensuite seulement, penser au service au public et continuité pédagogique.
Communiquer est essentiel (avec élèves, entre collègues...)
Rectrice : "Dans ce contexte je voudrai redire que l’ensemble des personnels fait un travail remarquable et cela me fait presque peur car il faut vous préserver."

Secrétaire Générale rectorat : "évidemment nous sommes très attentifs aux personnels qui ont des enfants, il ne faut pas hésiter à nous le faire savoir. Je ne pense pas que les chefs de service mettent la pression."

- Sur les distributions papiers aux élèves sans connexion : la rectrice a d’abord dit que ce n’était pas plus dangereux que d’aller faire ses courses et que les flux étaient faibles. Nous avons souligné que c’était néanmoins dérogatoire aux règles de confinement et que ce n’était donc pas très prudent.

Elle a alors annoncé qu’un accord était désormais signé avec la poste qui recevra des documents électroniques et assurera leur impression et distribution. C’est ce dont elle avait parlé également lors de la visioconférence du 1er avril.

- Sur les personnels accueillant les enfants de soignants :
Des masques arrivent à partir de lundi avec le mode d’emploi.
Elle a reconnu que les protocoles pour cet accueil n’étaient pas arrivés sur le terrain. Nous avons demandé à ce qu’ils soient le plus précis possibles pour répondre aux questions qui sont remontées.
Le CHSCT A demande de suivi sanitaire de ces personnels.

- A la question de la reconnaissance en accident de service en cas de contamination, une directive nationale le prévoit, pour les personnels amenés à travailler volontairement dans les établissements (accueil des enfants de soignants...).

- Les violences : Rectrice pour les violences on a le droit de sortir pour porter plainte. Il faut qu’on fasse une communication pour cela.

Présentation de la cellule en complément de ce qui existait déjà en partenariat avec la MGEN.

Violence conjugale. Les choses peuvent s’aggraver dans le contexte, tous les agents qui répondent donnent les bons numéros ou plateforme, par exemple "arrêtons la violence" ce sont des policiers formés qui répondent et on a des contact avec les personnels déjà identifiés. Pour les violences sur enfants, les familles déjà connues sont accompagnées.
Recueil des informations préoccupantes, le réseau habituel perdure, message sur les ondes, si vous entendez des choses inhabituelles chez les voisins, nous ferons l’information aussi en direction des agents.

Élèves victimes de violences : possibilité d’accueil dans des internats réquisitionnés.

- Possibilité de réquisitionner les personnels infirmiers si pas assez de volontariat, que ces personnels soient ou non inscrits à l’ordre.

- Sur les vacances de printemps : elles doivent avoir lieu normalement car il faut se reposer pour tenir dans la durée et en vue de la reprise après le confinement qui nécessitera une adaptation aussi.

 

46 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.