www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de la Savoie

Navigation

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 avril 2020

Visio IA / organisations syndicales "déconfinement et retour à l’école" - 30 avril - compte-rendu

Réunion IA – OS – Déconfinement et retour à l’école

Jeudi 30/04 9h00-11h40

Préambule de l’IA : Remercie pour la présence, alors que nous sommes en vacances.
La sortie du déconfinement concerne l’école mais aussi la société entière.
Prendre en compte les dimensions sociales, humaines, économiques…
Il faut « apprendre à vivre avec le virus » (propos du 1er ministre), pour des semaines, des mois, voire des années. Il faut trouver un nouveau mode de fonctionnement dès maintenant, et pour septembre.
Nos préoccupations sont légitimes, les inquiétudes sont fortes, il les partage depuis le début.
1ère réunion d’un « processus de concertation », pour entendre les questions, informer des démarches, pour convaincre et rassurer.
L’administration fait le maximum pour anticiper et accompagner les réflexions des équipes + déclinaison des projets au niveau local.
Il y aura des éléments très précis / cadrage national va arriver sur tous aspects (sanitaire, organisation et fonctionnement, pédagogique) – mais déclinaison avec souplesse, progressivité, pragmatisme sur le plan local.
IA est là en permanence pour accompagner et valider en relation étroite avec le Préfet, avec les collectivités locales.
Concertation avec les familles également, même si c’est compliqué.

Pour le SNUipp-FSU, il n’y a de vacances pour personne, au regard du contexte, annonces et contradictions quotidiennes depuis le 21 avril. Ce flou et cette confusion renforcent les fortes inquiétudes, angoisse, stress et beaucoup de colère, qui ne s’est pas apaisée, au contraire. Sentiment d’être « pris pour des imbéciles ».
La liste des questions n’a fait que s’allonger, et demande des réponses concrètes, claires et nettes, que nous ne pensons hélas pas avoir aujourd’hui – liste que nous avons fait parvenir à l’IA en amont de cette audience.
L’IA évoque un « cadrage national précis », alors que le projet de protocole sanitaire contient 63 pages de redites, de vagues consignes un peu floues, un peu larges, peu précises. De nombreux éléments sont renvoyés au local, à la charge des équipes, ce que nous redoutions, car cela signifie « Débrouillez-vous sur le terrain ».
Il y est question de « formation » des personnels aux gestes barrière, qu’en sera-t-il, quand par qui et comment ?
Le SNUipp-FSU tient évidement à la concertation et consultation des équipes, mais aussi des conseils d’écoles, qui réunissent tous les partenaires nécessaires.
Nous maintenons que la décision de reprise à partir du 11 mai est précipitée et fait prendre de graves risques en terme de santé publique. Les écoles ne sont pas prêtes, les conditions ne sont pas réunies : le 11 mai, ce ne sera pas possible, pas réalisable.

Globalement, l’ensemble des organisations syndicales se positionne de manière identique : la reprise du 11 est à marche forcée, impossible et inacceptable, un « sacrifice » sur l’autel de l’économie.
Les conditions sanitaires ne sont pas réunies pour permettre un retour à l’école aussi rapidement.

L’IA affirme qu’il donnera des éléments de réponse, mais pas de certitude.
Conseil d’école : oui ils seront consultés.
Concertation à construire en amont et à développer le plus tôt possible.
II n’est pas question de dire aux gens « débrouillez-vous sur le terrain », il y aura un accompagnement permanent par les équipes de circonscription, l’IA, le préfet, les collectivités locales.
Pour l’IA, le futur protocole n’est pas vide… il y a beaucoup de préconisations précises dedans, basées sur le travail du conseil scientifique.
Il y a des enjeux sociaux, éducatifs, l’école a un rôle à jouer.
Il mesure les difficultés et sait que les propos sur la dimension globale et le rôle sociétal ne répond pas à nos questions.
L’IA ne va pas « garantir la sécurité », il va garantir la prise en compte des conditions permettant la reprise, le risque zéro n’existe pas mais travailler en amont de manière responsable.
Les conditions matérielles de la rentrée : au cas par cas, examiné avec les équipes pour ne pas prendre de risque avec les usagers.
L’IA veut travailler en concertation étroite avec les maires. Ce ne sera pas à ces derniers de décider quels élèves reviennent, combien, etc. In fine, ce sera le conseil d’école qui décidera, en lien avec les institutions (IA, préfet). Toutefois, il y a besoin des maires pour faire fonctionner le périscolaire, la restauration scolaire, le dispositif 2S2C s’ils veulent s’y engager… Tout ça est à construire.

IA : entend les réticences, il connaît l’avis du conseil scientifique (fermeture préconisée jusqu’en septembre), mais il y a une décision politique, des choix. Il respecte les positions syndicales sur le sujet, mais maintenant, il faut travailler ensemble à la mise en œuvre opérationnelle sur le terrain, comment avancer sur les meilleures conditions de reprise.

Pour le SNUipp-FSU et la FSU, le contexte impacte la mise en œuvre, la tension va être importante pour préparer la rentrée. Il y a la pression sur la reprise travail des parents ; les élèves accueillis pour l’instant sont les classes d’âge qui ne peuvent se garder seules à la maison, les plus jeunes.
Pays dans situations similaires reportent la rentrée à Septembre… Suscite de l’inquiétude + inconnus sur l’épidémie en elle-même. Normal que les personnels soient très inquiets.
Déjà une difficulté : reprise le 11 mai – enfants accueillis à partir du 12 mai au mieux … déjà une idée fausse à déconstruire.
Au-delà des risques sanitaires, ce sont des risques psycho-sociaux importants qui sont en jeu (stress, souffrance au travail, surcharge de travail…).
Le secrétaire départemental de la FSU, par ailleurs secrétaire du CHSCT départemental, insiste sur le rôle IA : informer les personnels, autrement que par le protocole national qui est loin d’être parfait.
+ organisation pour la gestion d’un cas suspect à mettre en œuvre.
Ces protocoles doivent être communiqués en amont aux représentants des personnels, pour pouvoir émettre un avis, en discuter concrètement, et ce avant le CHSCTD du 7 mai.

Les représentants des personnels posent aussi la question de la responsabilité.

L’IA : enfants les plus jeunes les moins sensibles à la maladie, c’est l’argument scientifique avancé.
Il est peu probable qu’il rédige d’autre document que ceux qui donnent les consignes sanitaires nationales, sauf s’il s’apercevait qu’il y ait des précisions à apporter.
Le rectorat proposera un tableau de bord général, qui servira aux chefs d’établissement et directeurs d’écoles, pour construire le projet de reprise. Charge administrative importante pour les directeurs.
Gestion des cas suspects, cas avérés : il y aura régulièrement des tests.
Visibilité nécessaire sur organisation des groupes – qui était avec qui et quand pour lisibilité et traçabilité des « cas contacts ». indispensable au Préfet pour identifier et isoler.
C’est une organisation incroyablement complexe à mettre en œuvre, avec les médecins de ville / éducation nationale, l’assurance maladie, l’ARS.

Personnes fragiles  : Personnes fragiles et vulnérables seront accompagnées – il faut s’en occuper très tôt. Rectrice va écrire à ensemble des personnels (enseignants et non enseignants) d’ici le 4 mai. Souci de vigilance, de présence bienveillante auprès des personnels concernés. En relation avec la DRH et les services médecine => prolonger les ASA sera possible.

Concernant les élèves, ils vont sauter dans tous les sens, mais ils vont devoir comprendre ce qui a changé et doit changer…
OUI il y aura des punitions et sanctions si comportements irresponsables dans l’école.
La gestion des élèves hautement perturbateurs sera compliquée.
Enseigner en respectant les distances est une préoccupation.
Masques  : distribution réalisée la semaine prochaine par le MEN pour les personnels (si pas livrés le 7 mai, la question de la reprise à partir du 11 se poserait). Gels et autres produits seront de la responsabilité des collectivités.

Médecine prévention : DR GARINO-LEGRAND : N’a pas reçu le projet de protocole sanitaire, par aucun canal… Réponses à éclairer.
Masques chirurgicaux ou plus tard masques réutilisables, de catégorie 1, filtrant à plus de 90 %.(Masques FFP2 réservés aux soignants).
Protocole : quand un élève est malade : similaire à celui existant pour l’accueil enfant soignants
Toute classe et adultes seront mis en quatorzaine… Recherche des cas contact.
Modalités de la surveillance : pas encore assez d’éléments côté ARS.
Moyens médecine scolaire : ce qui pose problème = manque criant de médecins scolaires. Pas de volontaires.
Dr Garino : solutions hydro déconseillée en maternelle (cf conseil scientifique), à titre exceptionnel en primaire et ok en collège. Ne peut et ne doit pas remplacer le lavage des mains car le virus a une membrane hydro soluble.
Sur protocoles en cas symptômes : service médical sera disponible pour être appelé.
Il n’y aura pas de masques pédiatriques donnés.
Ne pas faire peur à la population avec syndrome de Kawasaki. Très rare.
Tous les enfants, même asthmatiques ou diabétiques peuvent revenir à l’école – les masques si besoin sur certaines pathologies seront fournis par les familles.
Pas de consigne sur les visières – barrière supplémentaire – si contact très proche.
Un enseignant peut en prendre l’initiative.

IA : il y aura nettoyage des locaux dans les règles de l’art.
On aimerait avoir plus de moyens (médecine scolaire, assistantes sociales), mais il y a des décisions politiques qui nous dépassent.
Responsabilité Si cluster ou cas dans une école : cellule juridique du rectorat travaille sur la question. Si les préoccupations élémentaires ont été prises, le cahier des charges respecté, que tout a été appliqué de manière explicite, qu’il n’y a pas eu d’imprudence dans l’application des consignes, il n’y aura pas lieu de faire peser une responsabilité sur les épaules d’un chef d’établissement ou un directeur d’école. Pas d’inquiétude sur responsabilité pénale – confirmé par Dr Garino car virus hautement contagieux, peut être attrapé n’importe où, pas que à l’école.
En outre, toute mise en œuvre sera faite avec validation de l’institution.

L’IA n’a pas les réponses à toutes nos questions.
Concernant la date accueil et effectifs accueillis : courrier rectrice sera envoyé à toutes les familles, via IEN puis directeurs, lundi 4 mai– dans la mesure du possible un courrier conjoint DASEN/Maire pour dire « nous préparons la reprise » et demander aux parents d’indiquer souhait de scolariser enfant – ce qui peut être évolutif – réponse dans la semaine. Vérifier que les enfants qui en ont le plus besoin viennent à l’école (contact personnalisé à avoir avec ces familles).
1er courrier de principe et d’engagement (mesurer l’ampleur des effectifs à accueillir), puis il faudra que les familles reçoivent des indications sur la manière dont le projet de retour à l’école est envisagé.
Un certain nombre d’écoles pourront accueillir dès 12 mai. Dans les autres écoles, on va pas bousculer les choses, et on attendra sans doute le 14 ou 15 mai pour faire une ouverture dans des conditions satisfaisantes. Se fera progressivement, en concertation avec les équipes et les maires. Cela, l’IA nous dit qu’il ne peut pas l’écrire !
Élèves prioritaires : continuer accueil des enfants des personnels soignants et indispensables à gestion de crise, retour dans leur propre école + enfants des enseignants qui seront en mesure de revenir à l’école (sauf situation de santé particulière).
Effectifs à adapter en fonction des contraintes matérielles, spatiales, etc ; ça pourra être moins de 15. Sur les TPS : est-ce raisonnable de scolariser + de 4 enfants en même temps dans une classe… Sera regardé de manière responsable… On ne pourra pas forcément tout assurer.
Horaires école : il faudra envisager un avenant au RI de l’école => concertation indispensable et dès que possible avec membres du conseil d’école pour protéger tout le monde.

IA : ne pouvait pas travailler avec les maires avant intervention 1er ministre. Depuis le 29 avril, les IEN réunissent les maires concernés, souvent avec le sous-préfet du secteur.
Aucun refus de maire – 1 mairie a évoqué des difficultés et annoncé aux familles ouverture école le 18 mai seulement.
Restauration scolaire : sera vu au cas par cas, à l’appréciation des collectivités.

Organisation : IA : principe de base : pas de double journée de travail ! Gérer simultanément présentiel et distanciel : état réflexion par Odile Grumel.
Fonctionnement à la fois => formes évolutives de binômes ou trinômes. Classe reste élément de base qu’il convient de maintenir…
Au niveau des équipes : réflexion à mener sur comment organiser ces binômes ou trinômes pour gérer les 3 possibles types de groupes d’élèves : présentiel / distanciel / en 2S2C (avec rotation des élèves). Garantir une qualité d’enseignement.
Compte sur les forces vives d’enseignants, tous les TRB seront concernés. A voir dans chaque école ce qui pourra être fait et organisé.
La continuité pédagogique se poursuit.
Choix à faire dans les programmes dans le 1er comme dans le 2nd degré.
Corps d’inspection aideront les enseignants, pour maintenant et le 1er trimestre 2020-2021.
Faire au mieux, la tâche est difficile.

IA : Sur la taille des salles, les effectifs, les personnels  : il ne peut pas faire de règle, il faudra faire au mieux en veillant à la sécurité des personnels.
Concertation à mener à distance pour les équipes.
11 mai : journée pré-rentrée des enseignants = pas de continuité pédagogique à assurer ce jour-là (pas de classe).
Sortie de confinement ne veut pas dire obligation d’être présent => se préparer au mieux pour préparer la sortie de confinement. Personne ne fera de contrôle tâtillon de présence le lundi 11 mai.

IA reconnaît la pression existante. Il y a besoin de réinventer l’école.
La liste des tâches va être lourde et complexe pour tout le monde – sur l’ensemble des tâches à réaliser – mémoires et protocoles seront proposés pour aider à s’organiser.
Reconnaît très forte charge sur directeurs d’école : les directeurs vont être réunis à partir de lundi par les IEN dans le cadre d’un accompagnement bienveillant car la tâche est difficile pour tout le monde. Si un directeur se sent en difficulté, il faut surtout qu’il n’hésite pas à appeler à l’aide l’équipe de circonscription => IA avec ses services s’engage à venir très rapidement en appui de tout directeur qui se sentira dépassé.

Le SNUipp-FSU et la FSU s’interrogent sur 1 seule journée de pré-rentrée : est-ce suffisant pour tout préparer dans l’école – de l’organisation à la prépa des locaux ? nécessite une présence et une installation ! + assurer la continuité péda pendant ce temps…Nous demandons si la semaine du 4 au 7 mai ne peut être dédiée à cette préparation, réflexion, organisation, qui demande du temps.
Les représentants des personnels soulèvent la question des tâches à assumer par directeurs. Semble incommensurable. Le SNUipp-FSU demande s’il est possible de faire un choix de décharger les directeurs de leur classe pour pouvoir tout mener en même temps.
Pour le SNUipp-FSU, trop de questions restent en suspens, il y a encore plus d’interrogations ou au moins autant, après cette visio qu’avant. Tout est « en cours » ! Mais le temps est compté. Beaucoup de choses reposent sur les équipes écoles.
Volontariat des familles : et pour les enseignants ? la question du choix est-elle possible ?
Spécificité maternelle ? Retour des élèves en situation de handicap ? ULIS ? AESH, en contact permanent avec enfants accompagnés ? Etc etc ?
Tout cela semble insoluble. Quel est le calendrier concret, qui décide, quand, comment se mènent ces concertation et réflexions ?!
L’IA a évoqué dans ses propos « nous sommes en guerre » : ce sera une première d’envoyer au front « les femmes et les enfants d’abord » !

IA : ULIS et Situation de handicap  : inciter à l’accueil des enfants des ULIS au moins dans les classes d’ULIS, et éventuellement en classe si possible et faisable.
Réflexion en cours.
AESH seront contactés au même titre que tous les personnels. Souhait qu’ils reviennent, autant que possible, pour contribuer à la réflexion et l’encadrement.
Si un AESH n’a pas l’enfant qu’il suit habituellement, sera sollicité pour aider à la prise en charge d’élèves perturbateurs, gestion suivie par IEN ASH et service école inclusive.

A 11h40, la classe virtuelle s’est déconnectée, nous n’avions pas terminé les échanges.
Prochain RDV, sauf nécessité, CHSCTD du 7 mai.

LES QUESTIONS COMPILÉES PAR LE SNUipp-FSU 73, ET LES (TENTATIVES) DE RÉPONSES SUITE A :

 

72 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU 73 Maison des Syndicats 77, rue Ambroise Croizat 73000 CHAMBERY
Tel : 04 79 68 91 65 Fax : 04 79 68 93 47 Email : snu73@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de la Savoie, tous droits réservés.